Correction Français - Bac ES 2017 Polynésie

Correction Français - Bac ES 2017 Polynésie

Nous mettons à votre disposition le corrigé de l'épreuve anticipée de Français du Bac ES 2017 de Polyénsie.
➜ Voir le sujet de Français

Ce sujet était difficile. En effet les textes du corpus étaient assez faciles à comprendre mais la question de corpus était très précise. La dissertation pouvait vous déstabiliser car elle demandait un plan thématique et non dialectique (thèse/antithèse/synthèse) comme vous avez l’habitude. Quant au sujet d’invention, il répondait à des contraintes de genre, il fallait parfaitement connaître la fable et le conte et maîtriser son récit du début jusqu’à la fin, de plus, il ne fallait pas oublier la dimension argumentative. Cependant, le commentaire était très simple, le texte était en fait un apologue que l’on peut qualifier de traditionnel qui répondait à l'exigence classique plaire et instruire.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Français du Bac ES 2017 de Polynésie !

Correction Français - Bac ES 2017 Polynésie
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

714 téléchargements

Le contenu du document

 

QUESTION DE CORPUS (4 POINTS)

Comment les auteurs mettent-ils en valeur les qualités dont font preuve les sages présentés dans les quatre textes ? 

Le corpus diachronique soumis à notre étude appartient à l'objet d'étude :"la question de l'homme dans les genres de l'argumentation du 17ème siècle à nos jours". Le texte de Fénelon "Le chat et les lapins", contenu dans Fables et opuscules pédagogiques, de 1718 et le texte de Florian, "le savant et le fermier", 1792, sont des apologues, l'un en prose (Fénelon), l'autre en vers (Florian), tandis que les deux textes du 20ème siècle "Kâli décapitée" de Marguerite Yourcenar extrait des nouvelles orientales et le texte de Maxence Fermine, Neige appartiennent aux genres narratifs de la nouvelle et du roman. Ces documents ont en commun de faire intervenir un personnage dit-sage dans leur récit. Ces sages possèdent des qualités soulignées par les auteurs : perspicacité, tranquillité, prudence, force de persuasion. Par quels moyens ces qualités sont-elles donc mises en valeur par les auteurs ? 

 

Dans un premier temps, les sages de nos textes ont des caractéristiques qui les rendent canoniques :  Un âge avancé, et des cheveux blancs par exemple. En effet, leur apparence les assimile d'emblée à une catégorie de personne bien distincte. Ainsi, à l'adjectif qualificatif "vieux" L.14 dans "le chat et les lapins" est renvoyé l'adjectif "rusé» :" un vieux lapin rusé". La proximité de ces deux expansions du nom permet de mettre en association ces deux qualités. De plus, la métonymie "nul n'eût osé mentir devant ses cheveux blancs" V.22 (texte de Florian) souligne le respect absolu qu'inspire le sage. En outre, L'archétype du sage présente souvent un précepteur, un enseignant, ce qui est le cas dans Neige de Maxence Fermine où le sage est désigné à deux reprises par le titre "maître" L. 1 et 21. Aveugle, le maître de Yuko dispose d'une sagesse qui dépasse les perceptions communes par la vue notamment. Le fermier-sage de la fable de Florian, quant à lui, possède une influence considérable ; ses qualités paternelles sont également mises en évidence par l'indication chiffrée démesurée "quarante enfants" V.19 et l'énumération qui suit : "Fils, petits-fils, brus, gendres, filles" V'20. Enfin, une des caractéristiques du sage est la tranquillité d'esprit et l'immobilité. C'est ce que l'on observe dans les textes de Maxence Fermine où le sage se tient "debout près de la rivière argentée" L.3 et de Marguerite Yourcenar dans lequel le sage est présenté "assis jambes croisées". AInsi, les auteurs de notre corpus font intervenir dans leurs récits des personnages de sages répondant à des lieux communs. 

Cependant, pour mettre davantage en valeur les qualités de ces sages, nos auteurs n'hésitent pas à les confronter à d'autres personnages. En effet, par le biais du registre satirique, les textes de Fénelon et Florian mettent en opposition ce sage à des personnages crédules :"simples et crédules"L.7 (Fénelon) ou prétentieux et ignorants, comme le savant dans la fable de Florian. Ce dernier ayant à cœur d'étaler sa culture a recours à de nombreuses références aux philosophes antiques "Zénon" v. 31, "Epicure" v. 32, "Platon" v. 33. Il représente la sagesse acquise par les sciences, tandis que le sage symbolise la sagesse populaire ; on retrouve également la dichotomie ville"/ campagne. Par ailleurs, Dans les textes de Yourcenar et Fermine, les sages sont confrontés à des individus en cours d'initiation. En effet, Kâli fait la rencontre du sage "à l'orée d'une forêt"L.1, cela pourrait représenter le commencement de sa quête initiatique. La déesse et courtisane n'a pas conscience de cette quête spirituelle qu'elle reçoit comme une illumination, comme un enfantement, ainsi que l'en témoigne cette comparaison : "comme si ce pur néant qu'elle venait de concevoir tressaillit en elle à la façon d'un future enfant". Enfin, Dans le texte de Fermine la relation maître-élève et la jeunesse de l'élève sont révélées dans ce geste paternel "Soseki posa sa main sur l'épaule du jeune homme"L.9. Le sage n'est pleinement sage que dans sa confrontation avec d'autres individus inférieurs.

Par conséquent, ces quatre extraits ont une valeur didactique, grâce à la figure archétypale du sage, sa supériorité mise en exergue par les défauts ou l'inexpérience des autres personnages est évidente, le lecteur peut donc mieux recevoir l'enseignement du sage. Cet enseignement permet d'atteindre le bonheur, la quiétude ou tout simplement de se mettre à l'écart des dangers. Les philosophes des lumières au 18ème siècle s'efforceront d'incarner ce sage, vecteur de progrès et de réflexion éclairée sur l'homme. 

 

TRAVAIL D'ECRITURE (16 POINTS)

COMMENTAIRE

Fénelon, archevêque de Cambrai fut engagé comme précepteur du petit-fils de Louis 14, pour lequel il composa des ouvrages destinés à son éducation et à sa formation à ses futures responsabilités. Fervent admirateur de La Fontaine, il rédigera Fables et opuscules pédagogiques en 1718, recueil de fables dans lequel se trouve notre texte "Le chat et les lapins". Cette fable est un récit de ruse qui met en scène un chat hâbleur usant de persuasion pour tuer des lapins. Ces derniers sont d'abord crédules et n'écoutent pas les conseils d'un vieux sage. Pour finir, alors que le chat s'empare des lapins, l'un d'entre eux fait venir un berger qui l'exécute. En usant de fiction, le fabuliste dissimule une critique sous l'apparence d'un récit court au sens profond révélé par la morale finale. En quoi cet apologue s’apparente-t-il à l’esthétique du classicisme ? Tout d'abord Fénelon pratique de façon remarquable l'art de la fable afin de présenter une stratégie d'argumentation efficace en vue de critiquer l'exercice absolu du pouvoir. 

 

Vous pouviez aussi faire un plan en deux parties I un récit divertissant II au service d’une critique du pouvoir (avec 3 sous-parties)

 

I. L'art de la fable 

A. Un récit plaisant 

- Structure traditionnelle des fables : 

 

  • Intro
  • Plusieurs épisodes (ou péripéties) 1) : L.5-16 : le chat plaide sa cause et parvient à dévorer les lapins 2) L.16-26 Le chat tente à nouveau la même stratégie, cependant le résultat lui est défavorable. 
  • Morale prononcée par le protagoniste même : le chat = L'arroseur arrosé. L.26-27

 

-Référence directe à la fable “Dom Mitis”L.17 ⇒ fénelon se veut donc fabuliste à la hauteur d’Esope ou de La Fontaine. D’ailleurs il se sert d’animaux anthropomorphes (ayant des caractéristiques humaines) pour servir sa fable. 

- la présence de nombreux discours indirects L.7-14 + discours direct L.27 rend ce récit vivant, de nombreux personnages. ⇒ théâtralité.

- les temps du récits (imparfait “un chat qui faisait le modeste”L.1 ; passé simple “comparurent” L.4) ancrent ce récit dans le passé (comme un conte).

- Cependant, le présent de narration à la fin : ”Le berger |...] accourt” accélère le rythme et donne plus de vie à ce récit + successions des verbes d’actions “accourt”L.24, aperçoit L.25, “le perce”l25 =un rythme haletant qui captive l’intérêt du lecteur.

 

B. la peinture des caractères 

-Le chat est hâbleur (un beau parleur) : on voit les différents arguments utilisés par celui-ci :

 

  • Il serait un philosophe, un sage (“voulait seulement rechercher la sagesse de pays en pays”L10)
  • Il viendrait d’un autre pays et prodiguerait une sagesse exotique “il venait de beaucoup d’autres lieux où il avait vu de grandes merveilles”L.10-11, hyperbole destinée à impressionner son auditoire. 
  • Il serait désintéressé et pacifique. Il utilise un argument d’autorité en faisant référence à une croyance bien établie chez les hindous : ”la métempsycose”L.13
  • Après avoir tué les lapins, il prétend se repentir : vocabulaire religieux :  “alliance éternelle”L.20 “faute” “meurtre”L.18

 

Il utilise des moyens de persuasion : complément circonstanciel de moyen “d’une voix douce”L.5, “d’un ton plein de cordialité”L.18. 

-Les lapins sont tournés en ridicules, ils sont crédules et se laissent impressionner. Ils sont représentés par un collectif “l’assemblée”L.16, pronom indéfini “on va saluer le Bramin”L.15. Ils ne sont pas représentés comme des individus mais pluriel “les députés”L.3 “les autres” L16 “les lapins”L.20

Seul le sage se distingue des autres par sa ruse et ses connaissances. 

Ainsi, Fénelon présente des personnages stéréotypés et faciles à comprendre : un rusé contre une assemblée de crédules. 

 

Transition : Le classicisme propose des récits dont le but est de plaire et d’instruire avec simplicité, nous avons vu que ce récit était distrayant, nous allons ensuite analyser les moyens prévus par Fénelon pour instruire son lectorat. 

 

II. Un texte à visée argumentative

A. L'intervention du narrateur 

Le narrateur intervient à de multiples reprises pour commenter et juger ses personnages. 

- L’Apposition “simples et crédules” L.7 qualifie péjorativement les lapins. Puis Fénelon donne un exemple de leur crédulité grâce au discours indirect libre L.8-13 où l’on voit le discours argumentatif du chat. Un discours excessif qui pourtant a de l’effet “Ce beau discours toucha l’assemblée”L14.  Cette phrase simple et courte (sujet + verbe + complément) est en rupture avec la longue phrase précédente, ⇒ les lapins sont impressionnables et ne prennent pas le temps de réfléchir. 

- Mais le narrateur aggrave leur cas en faisant intervenir un vieux sage qui est méprisé. “en vain”L.14, d’emblée le narrateur nous annonce que cette intervention est vouée à l’échec. 

- Focalisation omnisciente L.22-24, on accède aux pensées du berger. Le narrateur marque ainsi sa toute-puissance.

 - L’expansion du nom apposée “Un chat, qui faisait le modeste”L.1 révèle que le narrateur n’est pas dupe. 

Ainsi, le narrateur est présent tout au long de son récit pour guider le lecteur vers une morale profonde. 

 

B. Une morale significative

La morale est prononcée par le protagoniste. Comme souvent, elle est au discours direct “Quand on a une fois trompé, on ne peut plus être cru de personne ; on est haï, craint, détesté, et on est enfin attrapé par ses propres finesses.”L.26-27 

Le présent de vérité générale “peut” “est” => universalise la réflexion. + pronom indéfini “on”. Il s’agit de dépasser le simple récit plaisant en proposant une réflexion sur la trahison. 

La gradation descendante “haï, craint, détesté” ainsi que les multiples verbes à la voix passive ne jettent aucune ambiguïté quant au sort réservé aux trompeurs. 

La morale constitue la pointe du récit, elle reste surprenante et nous fait réfléchir sur les conséquences de nos actions. 

 

Transition : Cette morale semble même mettre en garde quiconque se lancerait sur le chemin de la malhonnêteté, il risquerait de perdre l’affection des autres et le respect. On peut y voir une critique du pouvoir. 

 

III. Une réflexion critique sur l'exercice du pouvoir 

A. La satire des députés

Vocabulaire politique : ”république”L.2, “les députés”L.3 “la nation”L.3, “comparurent”L.4 “l’assemblée”L.14 “négociations”L.20 ⇒ il n’y a pas de doute sur la cible de la critique : il s’agit des ministres et des députés. Le roi n’est pas ici visé mais c’est le partage des rôles qui est remis en cause. 

Avant-garde des lumières, le “vieux lapin rusé, qui était le docteur de la troupe”L.14 détient la vérité, mais il est ignoré. 

On note également que les lapins vont avertir le berger qui représente lui-même un danger pour les lapins ! ⇒ la lâcheté des députés. 

Les lapins-députés sont décrits péjorativement : “simples et crédules” L.8, “effrayés et bien honteux de leur faute” L17

 

B. Une mise en garde contre l’hypocrisie au pouvoir

Les dernières lignes décrivent le destin funeste du chat ; vocabulaire tragique “expirant”L25, “craint”L.27. La ruse du chat est mise en avant tout au long du texte. Sa finesse consiste à l’effet de surprise et les bonnes paroles “le beau discours “ironie. Cependant, il se laisse piéger par “les négociations” des lapins et manque de prudence “il n’était attentif qu’à sa proie”. L.25

 

Conclusion

“Placere et Docere”, cet adage révèle les préoccupations de l’esprit classique. “Le chat et les lapins” est un modèle d’apologue qui divertit le lecteur par un court récit dynamique mettant en scène des animaux mais l’instruit également en l’amenant à réfléchir sur les conséquences d’un comportement trompeur notamment en politique. Fénelon était en effet un précurseur de l’esprit des lumières car il s’interrogeait beaucoup sur l’exercice du pouvoir et les moyens de faire progresser la société, notamment grâce à de nombreux récits didactiques Les aventures de Télémaque, ou traité sur l’éducation des filles. 

 

DISSERTATION

Cette dissertation demandait un plan thématique et non dialectique comme vous avez l’habitude. Ce sujet va davantage concerner l’argumentation indirecte. 

Dans votre introduction définissez ce qu’est pour vous le beau dans l’art et la littérature et précisez qu’argumentation et art sont souvent mêlés. 

 

I. “Une morale nue apporte l’ennui” selon La fontaine. La beauté d’un récit lui permet de distraire le lecteur, ce qui sert à son argumentation

A. L’argumentation indirecte mêle récit fictif et argumentation

L’argumentation indirecte et notamment l’apologue permet d’être plus efficace. En effet, la fable, le conte ou l’utopie propose des récits structurés (répondant aux schémas traditionnels d’un récit)

Les fables mettent en scène des animaux. Exemple : Les fables de La fontaine. 

 

B. Ce genre de récit suscite l’imagination du lecteur

Certains récits prennent le plus souvent place dans des univers lointains ou exotiques

Exemple : Les lettres persanes de Montesquieu (récit épistolaire) ou encore Candide de Voltaire se déroule dans un lieu imaginaire. 

L’orientalisme au 18ème siècle est un courant à la mode qui permet de servir les argumentations des philosophes des lumières.

 

Transition : ces éléments narratifs permettent de distraire le lecteur et captive son intérêt, la beauté d’un récit l’empêche de s’ennuyer, mais elle peut aussi parfois le persuader en faisant appel à ses sentiments. 

 

II. La beauté d’un récit force de persuasion

A. Art oratoire

Les figures de rhétorique dans un récit ajoutent de la beauté. Les images convoquées peuvent toucher le lecteur dans ses sentiments et l’inciter à rêver. 

Exemple : dans Neige de Maxence Fermine le maître Soseki compare l’écriture à un funambule. Ces figures de rhétorique sont aussi utilisées dans ce que l’on appelle “l’art oratoire” ou la rhétorique, cela concerne même l’argumentation directe (discours).

 

B. Des procédés artistiques permettent d’émouvoir le lecteur

Exemple : le dernier jour d’un condamné de V. Hugo. L’auteur a choisi d’incarner son combat contre la peine de mort en décrivant le personnage d’un père. Lyrisme et registre pathétique renforce la persuasion et on se rallie bien vite à sa cause.

Exemple 2 : Dans son discours au Plan des Dames, Etienne Lantier, le héros de Germinal, se lance dans une argumentation enflammée dans le but de persuader les mineurs de continuer la grève.  La force de persuasion d'Etienne réside dans sa proximité avec les mineurs, ses camarades, avec qui il a partagé les souffrances de la mine.  Elle réside aussi dans l'évocation d'une valeur universelle, la Justice, dont les mineurs ressentent cruellement le manque.

 

Transition : L’art de l’écrivain qui défend une argumentation consiste à le faire en utilisant toutes les ressources à sa disposition. L’écrivain fait preuve de vivacité et de virtuosité en maniant l’art oratoire et la persuasion, cette arme que représente le beau peut parfois modifier le cours de l’histoire et changer la société. 

 

III. L’art et notamment la littérature peut changer la société. 

A. Les récits peuvent éviter la répétition d’erreurs ou proposer un modèle

Exemple : la ferme des animaux de Georges Orwell, Matin brun de F. Pavloff (des récits distrayants et émouvants dénoncent des réalités et sont constructifs)

Autre Exemple : l’abbaye de Thélème de Rabelais (utopie qui propose un modèle d’éducation) 

 

B. Les récits peuvent faire réfléchir les hommes sur le bonheur et les inciter à changer

Exemple : le conte philosophique de Candide propose une réflexion sur le bonheur, + la fable “le savant et le fermier” de Florian

 

En conclusion, après avoir fait le bilan, vous pouvez élargir votre réflexion en mentionnant la poésie et le mouvement du parnasse l’art pour l’art, un mouvement qui au contraire remettait en question l’utilité de l’art. 

 

INVENTION

Pour ce sujet, il fallait respecter des contraintes de genre et de thème. 

Si vous choisissiez une fable, il ne fallait pas oublier de développer la morale de façon implicite ou explicite. Vous pouvez utiliser des animaux car le récit précise “un jeune personnage”. Comme l’âge des protagonistes est mentionné, vous pouvez établir une relation maître-élève. Une brève présentation des personnages ainsi que les circonstances de la rencontre doivent être racontées. Vous devez insérer des dialogues. Votre devoir est argumentatif, il fallait donc soigner la structure de celui-ci et la qualité des arguments, ainsi que les transitions et les connecteurs logiques. 

Vous pouvez rédiger cette fable en vers. 

 

Si vous choisissiez un conte, vous pouvez le commencer par “ll était une fois” ou “il y avait”. Vous devez absolument respecter le schéma narratif (situation initiale, élément perturbateur, péripéties, situation finale et dénouement). Vous pouvez utiliser le registre merveilleux et les temps du récit. Votre devoir est argumentatif, il fallait donc soigner la structure de celui-ci et la qualité des arguments, ainsi que les transitions et les connecteurs logiques. Ce récit doit être en prose. 

En ce qui concerne le thème, vous devez absolument vous interroger sur les voies d’accès au bonheur selon vous et en développer un aspect, par exemple : l’équilibre, le contentement, des relations paisibles avec les autres etc..; Gardez à l’esprit que le vieux sage doit être un modèle, un exemple dans ce domaine (vous pouvez raconter une anecdote qui illustre cela).  Et enfin, n’oubliez pas d’utiliser des figures de rhétorique qui pourrait représenter l’art oratoire et de persuasion du vieux sage et de finir par la formulation proposée “c’est mon secret pour être heureux”. Il fallait aussi respecter le nombre de lignes proposées. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

keith68
5 5 0
20/20

Svp C'est ou la correction de l'invention pouvez vous me montrer

par - le 16/01/2018

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?