La double énonciation - Français - Première ES

La double énonciation - Français - Première ES

Notre professeur Bac ES à préparé pour vous un cours sur la double énonciation de niveau première ES

Ce chapitre définit l'énonciation et vous décline les différents genres de l'énonciation. Ensuite, vous étudierez la double énonciation à travers les différentes situations dans lesquelles elle apparait. Pour finir, notre professeur vous explique les effets de la double énonciation sur le public

Téléchargez gratuitement ce cours de français sur la double énonciation de niveau 1ère ES.

La double énonciation - Français - Première ES

Le contenu du document

 

 

La double énonciation est le phénomène qui distingue le théâtre des autres genres littéraires (roman, poésie…). Pour bien la comprendre, il est nécessaire de connaître avant tout ce qu’est l’énonciation.

I. Définition de l’énonciation

L’énonciation est un procédé individuel permettant un énoncé à destination d’une ou plusieurs personnes et ce dans des circonstances particulières. Aussi on peut dire que l’énonciation est l’ensemble des éléments qui vont permettre de savoir qui, comment, quand et pourquoi parlent les personnages.

On trouve plusieurs types de communication dans cet ensemble :

1. Le dialogue : ici les personnages sur scène parlent entre eux. On inclue dans le dialogue « la stichomythie » qui est en fait un dialogue très vif, un échange rapide de répliques.

2. La tirade : un personnage s’exprime longuement mais toujours à l’attention des autres personnages

3. Le monologue : un personnage, seul sur scène ou ignorant les autres personnages, exprime son intériorité. Il se parle à lui-même, expose son conflit intérieur.

4. L’aparté : un personnage s’exprime seul, interrompant un dialogue avec les autres personnages. On peut dire, en quelque sorte, qu’il pense « tout haut ». 

5. Enfin, on trouve ce qu’on nomme les didascalies. Si les didascalies font parties de l’ensemble nommé l’énonciation, elles sont à part puisqu’elles représentent les indications données par l’auteur à l’attention des acteurs et du metteur en scène voire du lecteur

Revenons maintenant à ce qui nous concerne : la double énonciation. La double énonciation qui est en fait l’essence même du théâtre.

II. Définition de la double énonciation

On l’a vu, il y a 4 façons pour les acteurs et donc les personnages de s’exprimer verbalement sur la scène d’un théâtre. Or, et c’est la grande particularité de l’art théâtral, la communication concerne aussi le public.

Ainsi dans un dialogue, les personnages échangent entre eux mais s’adressent également au public.

Par exemple, dans Tartuffe de Molière, scène I, madame Pernelle s’exprime face à d’autres personnages mais s’adresse également au public. Ainsi elle fait la morale à ses interlocuteurs mais dans un même temps informe le public sur le personnage qu’est tartuffe.

Dans la tirade, c’est le même phénomène : le personnage s’exprime pour être entendu par son interlocuteur et par le public.

Prenons la fameuse « tirade du nez » de Cyrano de Bergerac, la pièce non moins célèbre d’Edmond Rostand. Ici Cyrano s’adresse au Vicomte pour le remettre à sa place mais informe également le public de son « handicap » dont il a parfaitement conscience. Et d’ailleurs, ne parle-t-il pas également à Roxane, de façon indirecte et beaucoup plus sensible, comme une sorte d’aveu de faiblesse…

Dans le monologue et l’aparté, un personnage se parle à lui-même mais également au public.

On peut prendre l’exemple de l’Avare, acte IV, scène 7 ou Harpagon se lance dans un long monologue, accusant la terre entière de l’avoir volé.

C’est cette double entité dans la communication (personnage(s) + public) que l’on nomme la double énonciation au théâtre. Ainsi un acteur de théâtre, dans toute situation, s’adresse toujours au public.

Ce détail n’en est pas un car il participe pleinement au déroulement de l’histoire.

III. La double énonciation dans une situation de monologue et d’aparté

Si, comme on l’a vu, la double énonciation est omniprésente au théâtre, elle a dans une situation de monologue ou d’aparté une utilité bien particulière puisque, cette fois-ci, le personnage ne s’adresse plus à un autre personnage mais au public.

C’est pourquoi on retrouve fréquemment aux examens des questions du type : « A qui s’adresse le personnage durant son monologue ? »

Ou encore : « A quoi servent au théâtre les monologues ? »

Bien sûr les monologues ou les apartés permettent aux personnages d’exprimer leurs sentiments voire d’émettre une critique, selon l’extrait de texte qui est présenté. Ils permettent donc de mieux connaître celui qui émet ces paroles. Le monologue peut également intervenir pour rendre la pièce plus attractive, en cassant, en variant le rythme et en évitant aux spectateurs une certaine lassitude mais le plus important est de s’attarder sur le phénomène de double énonciation et donc de souligner la communication exclusive qui se construit entre le public et le personnage qui soliloque.

IV. Quels effets la double énonciation peut produire au public ?

A travers un monologue ou un aparté, le personnage peut faire des anticipations sur l’histoire et mettre ainsi le public dans la confidence, lui permettant ainsi de prendre connaissance de ce que les autres personnages ne savent pas encore. Ce procédé est souvent utilisé dans des situations de quiproquo. Il peut également engendrer du suspense et accentuer l’aspect tragique (le héros ignore qu’il encourt un danger mais le spectateur, lui, le sait) … La double énonciation peut également faciliter la compréhension de l’intrigue. En effet, dans un monologue mais également dans certains dialogues, la finalité est de donner des éléments aux spectateurs pour qu’il cerne mieux les tenants et aboutissants de l’intrigue. Enfin, dans le cadre d’une pièce de théâtre engagée par exemple, le monologue et le phénomène de double énonciation permettent à l’auteur de faire passer un message fort à l’attention de son public.

V. Conclusion sur la double énonciation

Parler de double énonciation peut apparaître comme une lapalissade. On peut en effet se dire : et bien heureusement que les personnages sont entendus par le public sinon, à quoi bon ! Mais, comme on vient de le voir, cette double énonciation participe pleinement au déroulement de l’intrigue. Elle permet de faire passer des messages aux spectateurs, de l’informer, de l’aider à mieux comprendre certaines choses et à parfois anticiper les évènements.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?