Les types en littérature 1/3 : Définition et enjeux - Français - Première ES

Les types en littérature 1/3 : Définition et enjeux - Français - Première ES

Nous mettons à votre disposition un cours de Français, rédigé par notre professeur, qui porte sur les types en littérature.

Cette première partie s'intéresse au terme type ainsi qu'à son dérivé typique dans le but de mieux comprendre cette notion. Vous allez vous intéresser davantage à l'usage du mot type dans le langage courant.

Téléchargez gratuitement ci-dessous ce cours de Français sur les types en littérature.

Les types en littérature 1/3 : Définition et enjeux - Français - Première ES

Le contenu du document



Introduction

Nous avons réalisé un court dossier s'intéressant à la notion de type littéraire. Ce dernier est composé de trois fiches. La première (voir ci-dessous) s'intéresse au terme type ainsi qu'à son dérivé typique dans le but de mieux comprendre cette notion. La deuxième traite des divers types de personnages. Enfin, la troisième réalise l'étude des types de scène en s'intéressant à certaines scènes revenant souvent dans la littérature.

Comprendre la notion de type

Pour mieux comprendre le type en littérature, il paraît opportun de s’intéresser davantage à l'usage de ce mot dans le langage courant ainsi qu’à celui de ses dérivés. Ainsi, étudions trois énoncés :

1. Je me suis fait une couleur, type celle de ma cousine

Dans ce genre d’énoncé, nous remarquons que type paraphrase comme. On comprend alors que le type est lié à la ressemblance qu’entretient un élément avec un autre.

2. Ce type de veste s’appelle un bomber

Dans le même registre d’idée, ici, le type équivaut à la sorte ou à l’espèce. Ainsi, le type permet d’établir des catégories en s’attardant sur les (grandes) différences et les ressemblances que certains éléments possèdent. Selon leurs caractéristiques communes, les différents objets du monde sont ordonnés en types.

3. Ah ça m’arrive souvent, typique comme scène !

On comprend qu’encore une fois, ici, ce qui est typique équivaut à ce qui a un air de déjà vu, à ce qui ne surprend pas (du moins au premier abord) car son apparence fait penser à un autre objet, à une autre scène, à un autre moment déjà connu aux yeux des autres. Alors que chaque situation, instant et catégorie est pourtant unique, peut-on croire que quelque chose de typique existe vraiment ? On comprend alors que ce qui est typique n’existe qu’en surface. Un objet, une personne et une situation ne sont typiques qu’en apparence. Par exemple, lorsque quelqu’un dit d’une personne qu’elle a le physique typique d’un(e) suédois(e), on comprend très bien que l’individu dont il est question doit être grand(e), blond(e), aux yeux clairs. Or, en admettant qu’une personne suédoise ait un tel gabarit, on ne peut néanmoins omettre de reconnaître que tou(te)s les suédoi(e)s blond(e)s, grand(e)s, aux yeux bleus sont différent(e)s les un(e)s des autres.

Ainsi, on comprend que le type (ce qui est typique) organise le monde en catégories aux bornes larges ; ce qui permet que chacun des objets ou individus appartenant au type possède des caractéristiques (plus détaillées) leur étant propres. Le type généralise.

Conclusion

Le type est une notion de littérature qui correspond à un moule ou plutôt à un schéma de création que l'on retrouve d'un roman à l'autre, d'une pièce à l'autre.

Cette notion est surtout réservée aux genres du théâtre et du roman. En effet, on ne parlera pas réellement de personnage ni de scène dans la poésie et dans l'argumentation. Ces deux genres sont (le plus souvent) exclus de personnages et de récit.

Concernant le théâtre et le roman, on parle souvent d'une scène type et d'un personnage type. Certains personnages et scènes peuvent être retrouvés d'un livre sur l'autre. Ils ne viennent pas forcément du même siècle mais les scènes et les personnages types entretiennent des caractéristiques communes, qui les fait appartenir à un type particulier.

Etant général, le type s'approche du cliché (voir notamment le type de personnages), c'est-à-dire de quelque chose qu'on connaît déjà car il est souvent répété et s'impose comme évident, facile à déceler car peu subtile. Le cliché appartient à la culture d'une société. En fait, un type est un cliché de la littérature. Il appartient à la société des lecteurs.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?