La région, territoire de vie, territoire aménagé - Histoire Géographie - Première ES

La région, territoire de vie, territoire aménagé - Histoire Géographie - Première ES

digiSchool bac ES vous propose une nouvelle leçon de géographie intitulé "La région, territoire de vie, territoire aménagé" de première ES.

Dans ce cours, vous aurez une description des pays de la Loire, puis une explication du rôle croissant des régions en France, en Europe et dans le Monde.

Téléchargez gratuitement ce cours de 1ère ES en histoire géo sur la région : territoire de vie, aménagé

La région, territoire de vie, territoire aménagé - Histoire Géographie - Première ES

Le contenu du document

 

La région est à la fois un territoire et une collectivité territoriale, dotée d’une assemblée élue ; celle-ci se situe entre le territoire local et le territoire national.

Le débat qui a eu lieu l’année dernière sur la réforme régionale est révélateur d’enjeux importants car cet échelon administratif prend un poids grandissant dans l’économie française, les régions ayant un rôle à jouer pour s’insérer dans la mondialisation.

En quoi la région est-elle un territoire vécu ? Quelle est la place des régions françaises en matière d’aménagement et de développement du territoire ?  

 

Les pays de la Loire

 

Une région en construction 

La région des Pays de la Loire est née du décret de 1955 qui crée les régions administratives. Elle ne correspond à aucune région historique. 5 départements la composent, portant souvent le nom de cours d’eau (Maine et Loire, Mayenne, Sarthe, Vendée, Loire-Atlantique), Nantes en est la capitale régionale. Elle est située à l’Ouest de la France, traversée par la Loire. Elle est à l’Ouest de l’Europe, sur un axe appelé l’arc Atlantique. C’est une région peuplée car elle compte 3.6 millions d’habitants (ce qui la place derrière l’Ile De France, Rhône-Alpes, région Provence Alpes Côte Azur, ou Nord-Pas de Calais, mais juste devant Bretagne ou Aquitaine), sa population augmente régulièrement.  

 

Les défis d'aujourd'hui

 

 

  • 1er défi : approfondir une unité naissante : d’où la réaffirmation par J. Auxiette de la pertinence de la région, suite à l’échec du projet de fusion avec la Bretagne. Refus d’une fusion avec les autres régions limitrophes.
  • Rendre la région performante et innovante, notamment dans l’industrie. Si les Pays de la Loire ont beaucoup bénéficié de la décentralisation  industrielle orchestrée par la DATAR (Délégation à l’Aménagement du territoire et à l’Action Régionale) durant les Trente Glorieuses (Renault au Mans ; Thomson et Bull à Angers) et de la déconcentration des services de l’Etat ( Affaires étrangères à Nantes), ils ne peuvent aujourd’hui compter que sur eux-mêmes : pôle végétal à Angers / services à Nantes et au Mans (assurances), industrie agro-alimentaire, construction navale 
  • Rendre la région encore plus accessible. Sa position périphérique est une contrainte. Un raccordement pertinent aux réseaux TGV et d’autoroutes est essentiel. Ex : la ligne grande vitesse s’arrête au Mans. Il manque donc un aéroport de taille internationale et un port digne de ce nom CAR c’est une région qui n’a pas d’interface maritime véritable : Saint Nazaire n’est pas un port suffisamment important pour pleinement intégrer la région dans le processus de mondialisation. 
  • Préserver l’environnement :  la région a un atout : son environnement n’a pas été dégradé par la Révolution Industrielle du XIXème siècle, que l’Ouest a peu connue, et relativement moins que d’autres par les industries de la 2ème Révolution i industrielle. Cela peut être vu aujourd’hui comme un atout d’autant que le littoral est aujourd’hui devenu très attractif. 

 

 

Les régions en France : un rôle croissant 

 

Une collectivité territoriale récente... 

 

  • C’est un échelon territorial intermédiaire entre l’Etat et le département, la région est un ensemble de départements plus ou moins nombreux (de 2 pour la Haute-Normandie à 8 pour Rhône-Alpes). 
  • Elles sont de poids très différents, que ce soit au niveau du peuplement (de + de 11 Millions d’habitants pour Ile de France à 0.230 pour la Guyane soit 50 fois moins !), de la taille, de la richesse 
  • On compte en attendant la prochaine loi de réforme territoriale 27 régions dont 6 ont un statut spécial (5 DROM, départements et régions d’Outre-Mer : Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane, puis Mayotte depuis mars 2011 + la Corse). Depuis 2015, on ne compte plus que 13 régions.
  • Créés en 1955, elles n’ont acquis un vrai pouvoir qu’à partir des lois de décentralisation de 1982-1983, qui ont fait d’elles des collectivités territoriales. L’Etat n’exerce plus de tutelle, le conseil régional est souverain de ses décisions. Le préfet exerce tout de même un contrôle a posteriori. La région dispose donc :  
  • D’une assemblée élue au scrutin proportionnel de liste à 2 tours, avec une prime pour la majorité (25%), mandat de 6 ans sauf. Elle a son propre président et un siège situé dans la capitale régionale. En Pays de la Loire, le président est Bruno Retailleau, élu de droite.
  • D’un budget propre, contrôlé par la cour des comptes régionale. 

 

Décentralisation : transfert de compétences de l’Etat vers les collectivités territoriales (régions, départements, communes). 

Collectivité territoriale ou locale : structures administratives françaises gérant les territoires français localement, dirigées par une assemblée élue (élections municipales, cantonales pour le conseil général et régionales).  

 

La région suscite maintes critiques : 

 

  • Un découpage parfois contestable ex : Nantes n’est pas   dans la Bretagne alors que l’on parle du château des ducs de Bretagne. Si certaines régions, surtout périphériques, ont une identité forte (DROM / Corse / Bretagne / Alsace…) d’autres en ont peu : les Pays de la Loire, le Languedoc-Roussillon, la Région Centre... Mais l’identité régionale peut aussi se construire progressivement. 
  • Un maillon de plus qui s’est surimposé aux départements (créés en 1790) et aux 36 000 communes = on parle donc d’un « millefeuille administratif » unique au monde 
  • Un poids trop faible, en termes de budget et de compétences 

 

⇨ Ainsi, depuis 2015, on a mis en place 13 régions afin d’augmenter le poids économique de celles-ci et qu’elles soient donc plus concurrentes.

 

Un acteur devenu incontournale 

 

  • Les régions ont leurs propres domaines de compétences avec des projets qu’elles « pilotent » et financent : 
  • Le développement économique est le principal domaine d’intervention de la Région : elle « coordonne sur son territoire les actions de développement économique des collectivités territoriales » (loi 2004 sur les régions). Ainsi, elles accordent des aides économiques pour les créations d’entreprises, elles produisent un « Schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire » (SRADDT) qui définit des objectifs de localisation des grands équipements, des infrastructures et des services d’intérêt général de la région. 
  • Autres compétences : le financement des lycées, la formation professionnelle, la culture et le sport. 

 

Les régions communiquent beaucoup pour faire connaître leurs projets, leurs réalisations : le Haut Débit en Pays de la Loire (avec aide de l’UE), les énergies renouvelables dans le Nord Pas de Calais…  (Internet, revues, affiches, logos…). 

 

  • De plus, elles doivent coopérer avec les autres collectivités territoriales et les autres échelons : les projets doivent être réfléchis avec les régions voisines, les départements, les groupements de communes, etc.), et doivent s’insérer à l’échelle nationale : elle négocie des CPER (contrats de projets Etat-région) avec l’Etat qui lui transfert des moyens financiers, et européenne (recours au FEDER pour le financement de projets locaux). Problème : L’Etat a beaucoup délégué aux régions, sans transférer tous les moyens financiers nécessaires. La suppression de la taxe professionnelle a aggravé cela et les fonds de l’Europe ne compensent pas. 

 

Malgré tout, les régions françaises occupent une place grandissante dans la vie quotidienne et dans l’aménagement du territoire français. 

Mais quelle place nos régions occupent-elles à l’échelle européenne ? 

 

Les régions en Europe et dans le monde 

 

En Europe, des status et des compétences variables 

Depuis la réunification de 1990, l’Allemagne compte 16 Lander. Ceux-ci disposent de nombreux pouvoirs et au nom de l’équité territoriale un mécanisme de péréquation financière a été mise en place c'est-à-dire que l’on procède à une répartition égalitaire des ressources entre les lands.

 L’Etat central possède des compétences générales (Défense nationale, diplomatie, économie générale) tandis que les länder s’occupent des domaines suivants : 

 

  • Politique (institutions et des lois) : Chaque Land est un gouvernement, avec sa constitution, son président, son appareil judiciaire. 
  • Education : les programmes, le recrutement et le paiement des enseignants sont effectués par les länder. Par ailleurs, leur budget total est 13 fois supérieur à celui des régions françaises. 
  • Gestion des services publics 
  • Economie

 

Chaque land est représenté par une assemblée, le Bundesrat, dont le siège se trouve dans la capitale fédérale. Elle participe avec l’assemblée nationale appelée Bundestag à l’élaboration de certaines lois. L’Allemagne a plus de régions dont le PIB/hab. est supérieur à 30 000 euros. On remarque très nettement en revanche que l’Allemagne de l’Est est moins riche (mais équivalente à de nombreuses régions françaises !). 

 

Les régions dans la mondialisation 

La mondialisation est à la fois une menace et une opportunité pour les régions. Les régions enclavées comme le Limousin ou l’Auvergne sont défavorisés. A l’inverse, l’Ile de France ou Rhône Alpes tirent profit de leur poids dans l’économie nationale.

La mondialisation impose donc un changement de stratégies en matière d’aménagement. L’Etat a donc abandonné sa politique de rééquilibrage des territoires lancée dans les années 1960 et encourage désormais les régions les plus performantes à développer des secteurs de haute technologie.

Ainsi, les régions doivent compter sur leurs atouts pour attirer les entreprises performantes, les subventions publiques accompagnant les initiatives locales. Certains territoires peuvent donc connaître une attractivité nouvelle dans la mondialisation en attirant des investisseurs étrangers.

 

Conclusion 

 

La loi Notre votée en 2015 met donc en place 13 régions métropolitaines et 5 DROM. La région est un territoire de vie ; ces régions sont inégalement peuplées et de différentes tailles. Ces territoires s’organisent autour d’une métropole régionale qui concentre les principaux services.

Les régions se substituent donc à l’Etat et deviennent des acteurs à part entière de l’aménagement des territoires afin d’essayer d’insérer au mieux leur territoire dans la mondialisation.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?