Correction Sujet 1 Philosophie - Bac ES 2017

Correction Sujet 1 Philosophie - Bac ES 2017

Voici le corrigé du sujet 1 de Philosophie du Bac ES 2017.
➜ Voir le sujet de Philosophie du Bac ES 2017 ainsi que la correction du sujet 2 et du sujet 3.

Le sujet de dissertation porte sur : La raison peut-elle rendre raison de tout ?

Téléchargez gratuitement cette correction du sujet 1 de Philosphie Bac ES 2017 !

Correction Sujet 1 Philosophie - Bac ES 2017

Le contenu du document

 

SUJET 1 : LA RAISON PEUT-ELLE RENDRE RAISON DE TOUT ?

 

Notions en jeu : raison et réel

 

PRESENTATION 

 

Ce sujet « La raison peut-elle rendre raison de tout ? » a trait au grand domaine « La raison et le réel ». On se rapporte donc essentiellement à l’épistémologie, la science de la connaissance humaine. Le sujet questionne la possibilité d’une compréhension entière du monde par la raison humaine, l’articulation entre la raison et le réel. Il fallait faire très attention ici au jeu de mot compris dans l’énoncé entre les deux « raisons ». Il fallait également être vigilant à bien définir le terme volontairement très vague « tout » et à le spécifier au cours de la dissertation. 

 

DEFINITION DES TERMES 

 

« La raison » : vient de « ratio, calcul », faculté humaine guidée par la volonté d’acquérir des connaissances vraies sur le réel. La raison est considérée comme le propre de l’homme, comme son moyen de connaître le monde, de le comprendre.

« Peut-elle » : du verbe « pouvoir », cet opérateur questionne la possibilité. Se demander si l’on « peut rendre raison de tout » c’est interroger les degrés possibles de la connaissance rationnelle mais aussi ses conditions. 

« Rendre raison » : expliquer, rendre compte de quelque chose. Il s’agit ici d’une des nombreuses expressions autour du mot « raison », comme également « avoir raison ». Rendre raison c’est donc avoir des moyens d’expliquer quelque, en d’autres termes connaître. 

« De tout » : « tout » signifie la totalité, l’ensemble de ce qui existe, l’univers ou même le monde. « Tout », donc l’ensemble du réel constituerait l’objet de la raison humaine. L’énoncé suppose donc une illimitation du pouvoir de connaître de la raison humaine. 

 

PROBLEMATISATION

 

À la question « La raison peut-elle rendre raison de tout », on aurait spontanément envie de répondre oui, car c’est une tautologie, une évidence. En effet, la raison rend raison selon ses propres critères et pourrait donc tout expliquer rationnellement, s’exercer sur tous les objets.

 Cela dit, « rendre raison de tout » n’est-ce pas projeter sur le réel des représentations qui lui sont étrangères ? N’est-il pas illusoire de postuler un tel pouvoir de la raison humaine ? N’y-a-t-il pas des objets qui échappent à l’entendement humain ? 

Cela amène donc la problématique : Quelle est l’étendue du pouvoir de la raison humaine ? La raison n’est-t-elle pas limitée, si ce n’est sur les objets sur lesquels elle s’exerce, sur le degré de connaissance auquel elle peut parvenir ?

On s’attachera d’abord à soutenir la thèse proposée dans l’énoncé, selon laquelle la raison pourrait rendre raison de tout. Cependant, un deuxième moment remettra en cause ce postulat en voyant les limites qui s’oppose à une explication totale du monde par la raison humaine. Ainsi, cela nous amènera à redéfinir les conditions de la connaissance rationnelle selon les objets sur lesquels la raison s’exerce. 

 

PLAN

 

I. Oui, la raison peut rendre raison de tout 

A. La raison est la faculté de connaître 

Elle induit un rapport au monde qui cherche à connaître le réel, à en rendre raison et donc à en connaître les causes. La raison, par définition, est notre moyen d’accès à la connaissance sur le monde et s’exerce de façon illimitée. 

 

B. La méthode universelle de connaissance du monde 

Descartes, Règles pour la direction de l’esprit et Discours de la méthode. La raison nous permet de rendre raison de tout, de tout connaître car elle procède par une méthode universelle. La méthode est ce qui fonde l’universalité, l’uniformité des sciences. On peut tout connaître du monde par cette « mathesis universalis », cette faculté de juger de ce qui est bien ou mal, vrai ou faux par un sentiment spontané, immédiat, de l’ordre de l’intuition. 

 

C. Étendue considérable des connaissances, du savoir humain

On s’attachera ici à aller chercher des exemples dans des domaines très variés comme l’astronomie, l’archéologie, la sociologie, la physique… Il n’y a pas un domaine où l’homme n’exerce sa raison ce qui prouve bien que l’on recherche à rendre raison de tout.  

 

Mais toutefois, la pratique ne prouve-t-elle pas qu’il reste des éléments irrationnels ? Il y a des choses que l’on ne s’explique pas, qui résistent à la raison humaine. Il est donc peut certain que la raison puisse véritablement « rendre raison de tout ». 

 

II. Il y a cependant des objets qui semblent échapper à la connaissance humaine 

A. Les notions transcendantales échappent à la raison 

Kant, Critique de la raison pure : l’Âme, le Monde et Dieu sont des « idées de la raison » on ne peut en « rendre raison », les « connaître » mais seulement les penser. Kant dénonce les prétentions de la raison pure qui ne s’exerce que sur elle-même, la « raison pure » et énonce ces 3 idées comme les limites de l’exercice de la raison. 

 

B. La persistance des croyances humaines : miracles (Hume, EEH)

Il reste donc des domaines où règne l’irrationnel, ce dont on ne peut rendre raison, que l’on ne peut pas expliquer. On pensera ici aux miracles (Résurrection, miracle de l’aveugle né recouvrant la vue, multiplication du pain) dont rendent compte la Bible. Ces croyances sont de l’ordre de l’irrationnel et non pas du savoir, elles s’appuient sur les éléments inexplicables. 

 

C. Les erreurs de la science montrent les limites de la raison humaine 

- Théories scientifiques fausses : Terre plate, Soleil tourne autour de la Terre

- La science ne peut donc pas toujours rendre raison du réel, en avoir une connaissance vraie de façon immédiate

 

Le problème de ces deux positions est qu’elles supposent une uniformité du monde. Cette vision totalisante du réel, du « tout » est problématique. Pour arriver à « rendre raison de tout », c’est à dire à une extension maximale de la connaissance humaine, il faut accepter une partition du réel par la raison, permettant la spécialisation des sciences et donc leur progrès. La raison peut s’exercer sur tous les objets qui composent le monde mais de façon différenciée selon les domaines. 

 

III. Il y a différents modes de connaissance rationnelle : la raison peut s’exercer sur tous les objets mais selon différents degrés. 

A. Rendre raison du réel dans les « sciences dures » 

- Méthode scientifique réglée : observation, expérimentation, mise en théorie

- Lois universelles d’explication du réel, mathématisation du monde, mise en système 

 

B. Rendre raison du réel dans les sciences sociales 

- Scientificité dans les sciences sociales : confrontation des sources en histoire, statistiques en géographie et en sociologie 

- Mais différentes méthodes et sources plus subjectives : témoignages par exemple, nécessairement subjectifs ; utilisation politique de l’histoire… 

 

CONCLUSION 

 

La raison peut donc s’exercer sur tous les objets, tant que l’on ne recherche pas une connaissance totalisante du réel. Certes certains objets échappent à l’entendement humain mais cela n’empêche pas l’extension continue, le progrès de la connaissance humaine dans tous les domaines qu’elle cherche à expliquer. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?