Corrigé de Philosophie (1/3) Bac ES Washington 2018

Corrigé de Philosophie (1/3) Bac ES Washington 2018

Retrouvez dès la fin de l'épreuve le corrigé n°1 de Philosophie du Bac ES Amérique du nord 2018, réalisé par un professeur de l'Éducation nationale ! Le sujet était "La technique n'est-elle qu'un moyen?"

Également disponible ici, le sujet de l'épreuve de Philo et les corrigé n°2 et corrigé n°3.

Accédez aussi à tous les sujets et corrigés de Washington 2018. des autres filières.

Corrigé de Philosophie (1/3) Bac ES Washington 2018

Le contenu du document

 

SUJET 1 : La technique n'est-elle qu'un moyen ?

Quelques remarques tout d’abord de méthodologie : il est important, dès l’introduction, de proposer une première définition des termes clés du sujet (ici, « technique » et « moyen ») : l’objectif est de clarifier les termes essentiels du sujet de dissertation. Voici donc une première définition du mot « technique », au cœur de ce sujet : la « technique » désigne tout d’abord un savoir-faire, un ensemble de pratiques mettant en œuvre une dextérité, au service d’une finalité, d’un objectif déterminé. La technique semble donc être un moyen mis en œuvre au service d’une fin, d’un objectif.

La technique n’est-elle qu’un moyen ? Le terme « moyen » se distingue de la notion de « fin » : le moyen, c’est ce qui est mis au service d’une fin, d’une finalité, tandis que la « fin » c’est ce qui est visé, ce que l’on cherche à atteindre grâce à un certain nombre de « moyens ».

Il s’agissait d’être attentif à la formulation du sujet : « la technique n’est-elle qu’un moyen ? » ; il s’agit d’étudier l’enjeu suivant : la technique n’est-elle qu’un moyen au service d’une finalité, ou est-elle une fin en soi ? Vous pouviez soulever cette distinction moyen/fin dès l’introduction, car elle permet d’aborder l’enjeu central de ce sujet de dissertation.

Quelques éléments permettant de traiter le sujet :

I. La technique semble n'être qu'un moyen 

Descartes, Discours de la méthode : la technique est un ensemble de savoir-faire permettant de se rendre comme « maître et possesseur » de la nature. La technique est un moyen au service d’une finalité : la maîtrise de la nature. À cette fin, l’objectif est de se servir des énergies et des forces naturelles et, en les exploitant, de les mettre au service de l’homme, afin d’améliorer ses conditions d’existence. Exemple : utiliser la force du vent pour produire de l’électricité (éoliennes).

II. La technique n'est pas qu'un moyen 

Elle peut également être une finalité recherchée pour elle-même : Heidegger, « La question de la technique » : dans nos sociétés contemporaines, souvent caractérisées par le souci de toujours plus produire pour encourager à la consommation, l’homme prend le risque de consacrer uniquement son existence à une transformation technique du monde ; or la technique, qui vise à maîtriser le réel, développe un rapport instrumental avec le monde : celui-ci est envisagé comme une simple ressource à exploiter ; selon Heidegger, la technique ne doit pas être notre seule finalité : il ne faut pas consacrer notre existence uniquement à une maîtrise technique du réel ; au contraire, il faut prendre le temps de contempler, admirer la beauté du monde, plutôt que de simplement l’exploiter (Heidegger développe ainsi une opposition entre une admiration poétique du monde et une maîtrise technique de l’environnement).

Le risque est d’exploiter le monde au point de l’épuiser, et d’envisager l’homme lui-même comme une simple ressource exploitable ; l’objectif est donc, selon Heidegger, de ne pas nous consacrer uniquement à des activités visant la rentabilité, le rendement, la productivité, mais bien plutôt il s’agit selon lui de consacrer du temps à des activités qui ne sont pas soumises à un impératif de rendement.

III. La technique doit être un moyen mis au service d'une finalité responsable 

Si nous considérons la technique comme notre seule finalité, le risque est de réduire notre existence à une maîtrise technique du réel (comme le souligne Heidegger) ; la technique doit être mise en œuvre de manière responsable : Hans Jonas, Le principe responsabilité : il s’agit d’être attentif aux conséquences des techniques mises en œuvre par l’homme, car celles-ci peuvent remettre en cause certains équilibres naturels et menacer l’environnement, mais également menacer l’existence humaine (réchauffement climatique, déchets nucléaires, etc.).

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?