Sujet du bac ES Philosophie - Polynésie 2015

Sujet du bac ES Philosophie - Polynésie 2015

Nous vous proposons de télécharger gratuitement le sujet du bac ES de philosophie. Ce sujet, tombé en 2015 en Polynésie, est composé de deux dissertations "La recherche de la vérité s’oppose-t-elle à toute croyance ?"  et "Peut-on dire plus qu’on ne pense ?"  et l'étude d'un texte Somme Théologique  de THOMAS D’AQUIN.

Téléchargez gratuitement le sujet du bac ES de philosophie.

Sujet du bac ES Philosophie -  Polynésie 2015

Le contenu du document

 

Traiter un sujet au choix

page2image1528 page2image1688

La recherche de la vérité s’oppose-t-elle à toute croyance ?

2e sujet

Peut-on dire plus qu’on ne pense ?

3e sujet

Expliquez le texte suivant :

«Il arrive souvent qu’une disposition légale soit utile au bien de tous dans la plupart des cas, mais que cependant elle se trouve en certains cas extrêmement nuisible. Comme, donc, le législateur ne peut pas envisager un à un tous les cas particuliers, il propose une loi en se basant sur ce qui se produit le plus souvent et en ayant en vue l’utilité commune ; aussi, lorsqu’il vient à surgir un cas dans lequel l’observation d’une telle loi serait dommageable au salut commun, elle ne doit pas être observée. Prenons un exemple. Si l’on établit, dans une ville assiégée, une loi d’après laquelle les portes de la ville doivent rester fermées, c’est chose utile au salut commun dans la généralité des cas ; mais s’il se produit un cas où les ennemis poursuivent des citoyens chargés de défendre la ville, il serait extrêmement dommageable à cette ville de ne pas leur ouvrir ses portes ; et c’est pourquoi, en pareil cas, il faudrait ouvrir les portes contrairement à la lettre de la loi pour sauvegarder l’utilité commune qui est le but du législateur. On remarquera, cependant, que si l’observation littérale de la loi n’entraîne pas de péril immédiat auquel il faille remédier sur le champ, il n’appartient pas à n’importe qui de décider ce qui est utile à la cité et ce qui lui est inutile, car cela n’appartient qu’aux princes qui possèdent l’autorité pour déroger en pareil cas. Mais, si le danger est soudain et ne donne pas le délai nécessaire pour pouvoir recourir à l’autorité supérieure, la nécessité elle-même entraîne avec soi la dispense1, parce que la nécessité n’est pas soumise à la loi».

THOMAS D’AQUIN, Somme Théologique (XIII° siècle) 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?