Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? - SES - Terminale ES

Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? - SES - Terminale ES

Consultez gratuitement ce cours de SES pour le Bac ES, rédigé par notre professeur, sur le 2ème chapitre au programme de SES de Terminale ES : Comment expliquer l'instabilité de la croisssance ? Une fois que tu as bien lu et compris le cours on t'invite à tester tes connaissances sur le quiz associé.

digiSchool t’accompagne toute l’année dans tes révisions grâce à de nombreux cours, quiz, annales corrigées, vidéos de notions et LIVES de révisions, rejoins-nous !

Document rédigé par un prof Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? - SES - Terminale ES
Télécharger gratuitement

19.00/20

4.6667 5 0

9 Avis > Donne ton avis

18163 téléchargements

Le contenu du document

Le premier thème en SES porte sur la croissance et ses fluctuations. Le second chapitre de ce thème aborde la question des fluctuations de la croissance et de l’origine des principales crises économiques.

PRÉREQUIS

Le premier chapitre du même thème pose les principales notions : croissance, expansion, PIB.

OBJECTIFS

L'observation des fluctuations économiques permettra de mettre l'accent sur la variabilité de la croissance et sur l'existence de périodes de crise. On présentera les idées directrices des principaux schémas explicatifs des fluctuations (chocs d'offre et de demande, cycle du crédit), en insistant notamment sur les liens avec la demande globale.

On analysera les mécanismes cumulatifs susceptibles d'engendrer déflation et dépression économique et leurs conséquences sur le chômage de masse.

Maîtriser les notions suivantes : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, dépression, déflation.

I. L’INSTABILITÉ DE LA CROISSANCE

A. Croissance et fluctuations

Sur longue période, on observe que la production a progressé chaque année. Cette augmentation globale des richesses ne s’est pas réalisée sans perturbations. La croissance économique est marquée par des fluctuations économiques. Ces fluctuations sont des mouvements plus ou moins réguliers de l’activité économique sur le court terme.

Ainsi, la croissance se décompose en plusieurs phases. À court terme, une augmentation de la production est une expansion. Lorsque la conjoncture se retourne, c’est la crise. Un ralentissement de l’activité économique est appelé récession. Lorsque l’activité économique continue de baisser sur le long terme, on parle de dépression. Lorsque la conjoncture se retourne, c’est la reprise.

DÉFINITION : Croissance économique. Accroissement durable sur une longue période de la production globale d’une économie.

DÉFINITION : Fluctuations économiques. Variations de court terme de l’activité économique. 

DÉFINITION : Crise économique. Passage d’une phase d’expansion à une phase de récession (ou de dépression).

DÉFINITION : Dépression. Diminution importante et durable de l’activité économique, donc du PIB.

B. Les principales crises des XXe et XXIe siècles

Depuis le début du XXe siècle, nous avons assisté à trois grandes périodes de crise qui ont marqué profondément les économies mondiales.

DÉFINITION : Demande globale. Demande en biens et services de tous les agents économiques (ménages, entreprises, reste du monde).  On la définit comme la somme : Consommation finale (ménages) + investissement (entreprises) + exportations (reste du monde).

1. 1929 : l’effondrement de Wall Street

En 1929, la Bourse de New-York s’effondre. C’est le fameux Jeudi Noir : 24 octobre 1929. Le Krach boursier engendre une baisse de la consommation et de l’investissement, car de nombreux agents économiques ont perdu de l’argent. Autrement dit, il y a une baisse de la demande globale.

Cette baisse de la demande globale va engendrer de la déflation, c’est-à-dire une baisse des prix (loi de l’offre et de la demande). Une baisse des prix est nuisible aux entreprises puisqu’elles voient leur profit diminuer ; ainsi, certaines font faillite. Le chômage augmente alors, engendrant une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. La demande continue de baisser. C’est le début d’un cercle vicieux.

2. 1973 : le choc pétrolier

En 1973, le prix du pétrole augmente exponentiellement au sein des pays exportateurs de pétrole. Cette hausse du prix du pétrole va se répercuter sur les pays développés d’Europe occidentale, dont la France. En effet, ces pays utilisent du pétrole comme matière première pour leur production. Ils vont donc continuer à importer du pétrole, mais en même temps, ils importent de l’inflation. C’est ce qu’on appelle l’inflation importée.

L’augmentation généralisée des prix va avoir pour principale conséquence de baisser la demande globale. En effet, l’augmentation des prix diminue le pouvoir d’achat des consommateurs et des entreprises, qui ralentissent leur demande en biens et services.

On assiste donc à un phénomène de stagflation. C’est-à-dire une stagnation de l’activité économique (la croissance se tasse) associée à de l’inflation.

La crise de 1973 est le point de retournement entre les Trente Glorieuses et les années qui suivent (à partir des années 1970 jusqu’à aujourd’hui). En effet, les Trente Glorieuses se caractérisent par des taux de croissance proches de 5.5%, que la France n’a jamais plus connu depuis.

3. 2008 : la crise des subprimes

Le 15 septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers fait faillite. S’ensuit une crise bancaire et immobilière aux États-Unis, puis à l’échelle mondiale. Ces déséquilibres bancaires et financiers engendrent une baisse de la demande globale mondiale.

En effet, certains agents perdent une partie de leur épargne ; d’autres se retrouvent au chômage suite à la faillite de leur entreprise. Le climat des affaires est morose et pessimiste. La demande ayant chuté, la production suit le même mouvement engendrant une forte hausse du chômage dans l’ensemble des économies.

II. LES CAUSES DES FLUCTUATIONS DE LA CROISSANCE

Les fluctuations économiques de court terme peuvent provenir de chocs de demande ou de chocs d’offre, mais également des cycles de crédit. Dans les deux premiers cas, le choc entraînera une modification de la quantité produite, et donc une fluctuation économique.

A. Le choc d’offre

Un choc d’offre est une perturbation de l’activité économique liée à une variation brutale des coûts de production à la hausse ou à la baisse. Un choc d’offre peut être positif ou négatif.

1. Choc d’offre positif

On parle de choc positif d’offre si un évènement contribue à accroître le niveau de production, d’offre sur le marché.  Dans ce cas, la production augmente et le prix baisse.

Exemple : Une innovation organisationnelle (comme le taylorisme) permet d’augmenter la productivité. Cette hausse de la productivité va engendrer une augmentation de la production et une baisse du prix.

2. Choc d’offre négatif

On parle de choc d’offre négatif quand un événement engendre une baisse brutale du niveau de production, d’offre sur le marché. Dans ce cas, la production baisse et le prix augmente.

Exemple : Le Tsunami de Fukushima au Japon en mars 2011 a provoqué un choc d’offre négatif. En effet, les capacités productives ont été partiellement détruites. Les entreprises n’ont donc pas pu produire autant qu’auparavant.

B. Choc de demande

Un choc de demande est une perturbation de l’activité économique liée à une hausse ou à une baisse brutale de la demande.

RAPPEL. Il s’agit de la demande globale : consommation + investissement + exportations.

1. Choc positif de demande

On parle de choc positif de demande si un évènement contribue à accroître le niveau de la demande sur le marché.

Exemple : Lorsqu’un nouveau produit devient à la mode (quel que soit son prix), il y a une hausse de la demande globale. Apple et son iPhone ont déclenché de nombreuses ventes autant du côté des ménages que des entreprises. Cela a eu pour effet d’augmenter la demande globale.

2. Choc négatif de demande

On parle de choc négatif de demande si un évènement contribue à diminuer le niveau de la demande sur le marché.

Exemple : Une augmentation des impôts va baisser le revenu disponible des ménages et des entreprises. Ils ne pourront plus consommer et investir autant, puisqu’une partie de leur revenu sera versée à l’État. Cette hausse des prélèvements obligatoires va donc impacter la demande globale à la baisse.

ATTENTION ! Il existe des chocs qui peuvent être à la fois des chocs d’offre et de demande. L’exemple du choc pétrolier démontre qu’il est un choc à la fois d’offre et de demande.

- C’est un choc de demande, car il se traduit par un accroissement des prix du pétrole et donc par une diminution du pouvoir d’achat des consommateurs.

- C’est également un choc d’offre, car les entreprises qui utilisent des produits pétroliers dans leur activité productive voient leurs coûts de production augmenter, ce qui peut dans un contexte de concurrence, les amener à réduire leur niveau de production ou, dans le pire des cas, à faire faillite.

C. Cycle de crédit

En période d’expansion, le climat économique est favorable. Les agents économiques (entreprises et ménages) souhaitent s’endetter pour consommer (exemples : machine plus performante, nouvelle usine, seconde voiture, agrandissement de la maison…) et les banques sont disposées à prêter.

Après un laps de temps, le niveau d’endettement des agents devient trop élevé. Les banques limitent leurs crédits, ce qui a un impact direct sur la consommation et l’investissement. Autrement dit, la demande globale diminue. De plus, certains agents ne peuvent pas rembourser leur dette : c’est le début d’une période de récession.

Au bout d’un certain temps, le niveau d’endettement des agents diminue. Les banques recommencent à prêter, l’économie repart.

III. LES CONSÉQUENCES DES FLUCTUATIONS DE LA CROISSANCE

A. Dépression

Les crises génèrent un ralentissement (récession), voire une baisse de la production (dépression). En effet, certains consommateurs perdent une partie de leurs revenus (salaires, dividendes, épargne…), ce qui engendre une baisse de la demande. Des entreprises font faillite, ce qui diminue l’offre, mais également l’investissement.

Ce fut le cas en 1929 et dans une moins grande mesure en 2008.

La baisse de la production est à l’origine d’autres maux économiques comme la déflation, le chômage, la baisse des salaires, etc.

B. Déflation

Les crises peuvent être à l’origine de déflation (exemple : 1929) et d’inflation (exemple : 1973).

DÉFINITION : Inflation. Augmentation générale et durable des prix.

DÉFINITION : Déflation. Diminution généralisée des prix.

DÉFINITION : Désinflation. Ralentissement du rythme d’augmentation des prix.

L’inflation engendre la perte du pouvoir d’achat des consommateurs, freine la demande et augmente le chômage.

La déflation est également nocive à l’économie. En effet, une crise peut provoquer une baisse de la consommation. Les producteurs vont alors diminuer leurs prix pour essayer de vendre leurs produits. Cette baisse des prix pour les producteurs peut engendrer une baisse des salaires, puisque leur profit est moins grand. Par conséquent, les dépenses baissent encore. En effet, si le salaire des travailleurs diminue, leur consommation et la demande faite aux entreprises baissent également.

De plus, le consommateur, voyant les prix baisser, retarde encore ses dépenses, attendant la prochaine baisse des prix. Et ainsi de suite. Ce qui provoque une spirale déflationniste.

C. Chômage de masse

La troisième conséquence notable lors d’une crise économique est la forte augmentation du chômage. On constate que récession et chômage sont fortement liés. Lorsqu’un pays se retrouve en récession, la production baisse et le besoin en main d’œuvre est moins grand. Il y a donc plus de licenciements, moins d’embauches et donc une hausse du taux de chômage. La crise des subprimes en 2008 illustre bien cela.

Il est également marquant que lorsque la production augmente à nouveau (reprise), le chômage met plus de temps à diminuer. En effet, les entreprises sont frileuses. Elles embauchent à nouveau lorsqu’elles retrouvent des anticipations optimistes.

LE PETIT + DANS TA COPIE

Pour expliquer les chocs d’offre et de demande, vous ne devez pas faire de schéma le jour J sur votre copie. Vous devez les expliquer avec les notions et les mécanismes économiques. Rien ne vous empêche toutefois de faire le schéma sur votre brouillon si cela vous aide à comprendre.

Sans retenir les mécanismes précis des trois crises, vous devez pouvoir donner les dates de chacune et les caractériser en quelques mots.

POUR ALLER PLUS LOIN …

  • Le film 1929, la Grande Dépression (documentaire portant sur les évènements et les causes de la crise de 1929).
  • Le documentaire Inside Job (2010) s’intéresse à la crise des subprimes de 2008 au travers des témoignages des principaux agents économiques concernés.

PROGRAMME COMPLET DE SES

Accède à toutes les fiches du programme de Sciences économiques et sociales ci-dessous. Notre professeur t'a préparé une leçon pour chacune notion du programme pour réviser ton bac de SES ! Télécharge la fiche gratuitement en créant ton compte pour réviser n'importe où.

 

  1. Quelles sont les sources de la croissance économique ?
  2. Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?
  3. Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ?
  4. Quelle est la place de l'Union européenne dans l'économie globale ?
  5. La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ?
  6. Comment analyser la structure sociale ?
  7. Comment rendre compte de la mobilité sociale ?
  8. Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu ?
  9. La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ?
  10. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ?
  11. Comment s'articulent marché du travail et gestion de l'emploi ?
  12. Quelles politiques pour l'emploi ?

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Kssb
4 5 0
16/20

Parfait a part le manque d'explication au niveau du comportement des banques face au période crise et donc de récession

par - le 22/02/2018
reussite2018
3 5 0
12/20

Il manque une chose très importante comme le comportement des banques face aux fluctuations économiques :/

par - le 15/10/2017
Sarouuh123
5 5 0
20/20

Merci beaucoup pour vos fiches je révise avec sa pour préparer le bac je comprend mieux que les cours en classe merci merci

par - le 17/05/2016
Plus d'avis (6)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?