Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? - SES - Terminale ES

Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? - SES - Terminale ES

Consultez gratuitement ce cours de SES pour le Bac ES, rédigé par notre professeur, sur le 2ème chapitre au programme de SES de Terminale ES : Comment expliquer l'instabilité de la croisssance ?

Vous étudierez tout d'abord la croissance économique variable sur le long terme, ainsi que les fluctuations économiques et la croissance potentielle. Notre professeur vous explique les fluctuations de la croissance à travers le choc d'offre et le choc de demande, puis des chocs divers et cumulatifs. Enfin, vous vous intéresserez aux politiques macro-économiques pour gérer les fluctuations économiques, à savoir la politique monétaire et la politique budgétaire. Rentrouvez, à la fin de ce cours de SES, une liste de définitions des notions à retenir.

Téléchargez gratuitement ci-dessous ce cours de SES de Terminale ES sur l'instabilité de la croissance.
Consultez le chapitre suivant : Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ?

Document rédigé par un prof Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? - SES - Terminale ES
Télécharger gratuitement

19.00/20

4.6667 5 0

9 Avis > Donne ton avis

15777 téléchargements

Le contenu du document


L’INSTABILITE DE LA CROISSANCE

LA CROISSANCE ECONOMIQUE VARIABLE SUR LE LONG TERME

Sur une longue période, on observe que la production a fortement progressé chaque année. Cette augmentation globale des richesses ne s’est pas réalisée sans perturbations. 

La croissance économique est marquée par des fluctuations économiques, ces fluctuations sont des mouvements plus ou moins réguliers de l’activité économique sur le long terme. 

C’est la raison pour laquelle on voit apparaître des périodes de crise économique : la crise se traduit comme le moment où la conjoncture économique se retourne à la baisse. Ces situations conjoncturelles peuvent être marquées par une récession. La récession est un ralentissement de la croissance économique. Elles peuvent également être marquées par des dépressions, lorsqu’on note une baisse durable de la production et un chômage élevé et prolongé. 

Depuis le début du XXe siècle, nous avons assisté à trois grandes périodes de crise qui ont marqué profondément les économies mondiales, et particulièrement la France. 

Parmi ces périodes de crise on retrouve : 

- La crise des années 1930 

- La crise des années 1993 

- La période actuelle qui a commencé en 2008. 


Ces périodes de fluctuations de la croissance économique sont généralement accompagnées de fluctuations plus ou moins importantes du niveau général des prix, tant à la hausse (inflation) qu’à la baisse (déflation). 


FLUCTUATIONS ECONOMIQUES ET CROISSANCE POTENTIELLE

En économie, on considère que la croissance de long terme est indépendante des politiques économiques conjoncturelles menées, elle est consécutive aux quantités de facteurs de production (capital/Travail)  disponibles dans l’économie et dépend également de l’état des technologies. Cette croissance de long terme dessine la croissance potentielle d’une économie, c’est à dire le chemin de croissance de long terme que l’économie devrait suivre en l’absence de chocs exogènes et de tensions. 

La croissance effective est le plus souvent différente de la croissance potentielle, l’économie alternant les périodes de « surchauffe » et de ralentissement. Les fluctuations économiques mesurent justement cette différence entre croissance potentielle et effective. 

Suite à un choc économique, il est possible qu’à court terme l’évolution de l’activité économique s’éloigne de celle qui aurait du être engendrée en situation de croissance potentielle. Si le choc est positif, l’activité à court terme risque d’augmenter si fortement que des tensions vont apparaître. 

Ex : Inflation au niveau des prix, tensions sur le marché du travail avec des secteurs d’activité qui auront du mal à recruter des salariés possédant les qualités requises. 


LES SCHEMAS EXPLICATIFS DES FLUCTUATIONS DE LA CROISSANCE

CHOCS D’OFFRE ET CHOCS DE DEMANDE 

Les fluctuations économiques de court terme peuvent provenir de chocs de demande ou de chocs d’offre. 

Un choc d’offre est une perturbation exogène qui peut être positive ou négative qui affecte le lien entre capacité de production et prix. 

Sur un graphique où figurent les courbes d’offre et de demande, un choc de demande positif entraîne un déplacement vers la droite de la courbe de demande, et un déplacement vers le bas de la courbe d’offre. Un choc de demande négatif entraîne un déplacement vers la gauche de la courbe de demande, et un déplacement vers le haut de la courbe d’offre. Dans ces deux cas, le choc entrainera une modification de la quantité produite, et donc une fluctuation économique. 

Ex : Le Tsunami de Fukushima au Japon en Mars 2011, a provoqué un choc d’offre négatif, car il a entrainé des conséquences sur la structure productive du pays. Les entreprises ne pouvant produire, elles n’ont pu satisfaire la demande. 


DES CHOCS DIVERS ET CUMULATIFS

On observe des chocs qui peuvent être à la fois des chocs d’offre et de demande. 

L’exemple du choc pétrolier démontre qu’il est un choc à la fois d’offre et de demande. C’est un choc de demande car il se traduit par un accroissement des prix du pétrole et donc par une diminution du pouvoir d’achat des consommateurs ; mais c’est aussi un choc d’offre, car les entreprises qui utilisent des produits pétroliers dans leur activité productive voient leurs coûts de production augmenter, ce qui peut dans un contexte de concurrence, les amener à réduire leur niveau de production ou, dans le pire des cas, à faire faillite. 


Le cycle de crédit peut également être soumis à ce schéma, en effet en situation de récession, les banques ont tendance à réduire les crédits qu’elles accordent. Cette réduction des crédits entraîne un choc de demande négatif car ce crédit alimentait la demande des consommateurs et des entreprises. C’est aussi un choc d’offre négatif, car les entreprises peuvent moins investir, ce qui réduit leur capacité de production. 


LES POLITIQUES MACROECONOMIQUES POUR GERER LES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES

Les politiques conjoncturelles visent à orienter, sur le court terme, l’activité économique dans un sens jugé souhaitable, soutien à l’emploi et la croissance, maîtrise de l’inflation, réduction des déficits. 


LA POLITIQUE MONETAIRE

La politique monétaire est un instrument de politique conjoncturelle qui intervient sur l’évolution de la masse monétaire et des taux d’intérêt. Elle peut également agir sur l’inflation, l’emploi et la croissance. Trois outils sont mis en place en matière de politique monétaire : 

→ Les taux d’intérêts directeurs pratiqués par la banque centrale 

→ Les réserves obligatoires 

→ L’intervention de la banque centrale sur le marché interbancaire. 


Certains pays ou groupes de pays comme la zone euro, cherchent aujourd’hui à utiliser la politique monétaire afin de maîtriser les tensions inflationnistes. La banque centrale peut mener une politique monétaire restrictive en faisant en sorte, par exemple, que ses taux directeurs soient le plus élevés possibles pour que le recours au crédit soit limité. La banque centrale vise à restreindre la création monétaire donc l’inflation. 

Par ailleurs la banque centrale peut mener des politiques monétaires pour stimuler la croissance et l’emploi, en mettant en place des mesures visant à réduire les taux d’intérêts directeurs. Ce mécanisme permet l’incitation au crédit pour les ménages et les entreprises. Dans ce cas précis on parle de politiques monétaires expansives. 


LA POLITIQUE BUDGETAIRE

La politique budgétaire est une politique conjoncturelle qui a pour objectif d’agir sur les fluctuations économiques, en faisant volontairement varier les dépenses et les recettes publiques. Les pouvoirs publics veulent agir ainsi sur la demande globale et sur l’activité économique en général. 

Si l’activité économique est trop faible, il est possible de mener à bien des politiques budgétaires de relance. Ce principe est d’accroître volontairement les dépenses publiques et réduire dans le même temps la fiscalité des ménages et des entreprises. Ces mesures vont stimuler la consommation des ménages et l’investissement des entreprises, ce qui permettra de relancer la production et réduire le nombre de chômeurs. 

Dans le cas où l’économie est en période de surchauffe, les pouvoirs publics peuvent choisir d’adopter des politiques budgétaires restrictives. Les gouvernements chercheront alors à réduire les dépenses publiques et augmenter les impôts, cette technique permet de ralentir la croissance de la demande globale et ainsi enclencher une désinflation. 


NOTIONS A RETENIR

Croissance économique : Accroissement durable de la production globale d’une économie. Phénomène quantitatif que l’on peut mesurer, sur une longue période. A ne pas confondre avec une  augmentation brutale de l’activité qui est une expansion. 

Fluctuations Economiques : Evolutions de court terme de variables macroéconomiques, le plus souvent le PIB, autour d’une tendance de long terme. 

Crise Economique : Période de dépression ou de stagnation durable de l’activité économique. 

Dépression : Diminution importante et durable de l’activité économique, donc du PIB. 

Croissance potentielle : Croissance de l’activité qui résulterait d’un emploi des facteurs de production qui ne générerait pas de tensions sur le marché des biens et des services, ni sur le marché du travail. 

Inflation : Perte du pouvoir d’achat de la monnaie, qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. Le taus d’inflation mesure la variation, en pourcentage, de l’indice des prix à la consommation sur une période donnée. 

Déflation : Diminution généralisée des prix, des salaires et de la masse monétaire. Cette baisse engendre généralement une contraction de la production et des échanges. 

Désinflation : Ralentissement du rythme d’augmentation des prix. 

Demande globale : Désigne la demande agrégée de biens et services. On la définit comme la somme des emplois possibles de la production : Consommation finale + investissement + exportations + variations de stocks. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Kssb
4 5 0
16/20

Parfait a part le manque d'explication au niveau du comportement des banques face au période crise et donc de récession

par - le 22/02/2018
reussite2018
3 5 0
12/20

Il manque une chose très importante comme le comportement des banques face aux fluctuations économiques :/

par - le 15/10/2017
Sarouuh123
5 5 0
20/20

Merci beaucoup pour vos fiches je révise avec sa pour préparer le bac je comprend mieux que les cours en classe merci merci

par - le 17/05/2016
Plus d'avis (6)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?