Corrigé SES - Bac ES Liban 2016

Corrigé SES - Bac ES Liban 2016

Voici le corrigé de Sciences Economiques et Sociales du Bac ES du Liban 2016.

Notre professeur de SES a rédigé l'intégralité des réponses du sujet de SES, à savoir la dissertation "Quels peuvent être les effets des conflits sociaux sur le changement social ?", mais aussi les questions de l'épreuve composée, l'étude documentaire et la partie de raisonnement : "À l'aide de vos connaissance et du dossier documentaire, vous montrerez que le progrès technique est facteur de croissance.".

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de SES du Bac ES du Liban 2016.

Corrigé SES - Bac ES Liban 2016
Télécharger gratuitement

14.00/20

3.5000 5 0

2 Avis > Donne ton avis

2768 téléchargements

Le contenu du document


DISSERTATION

QUELS PEUVENT ETRE LES EFFETS DES CONFLITS SOCIAUX SUR LE CHANGEMENT SOCIAL ?


INTRODUCTION

Depuis l’annonce de la loi El Khomri, ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, depuis septembre 2015 au sein du gouvernement de François Hollande, les actions collectives se multiplient. Ainsi, plusieurs syndicats appellent depuis plusieurs semaines maintenant à la grève. Si la RATP et la SNCF sont mises au premier plan dans ce combat social, elles ne sont pas les seules, et le mouvement touche également les ports et les raffineries.

Ainsi, les conflits sociaux sont l’expression d’antagonismes entre des individus ou des groupes pour la recherche, la possession ou la gestion de biens matériels et symboliques (richesse, pouvoir, prestige) ; l’objectif de tout conflit étant de modifier les rapports de force. L’existence de conflits sociaux pose la question du changement social. Le changement social est toute transformation observable dans le temps, qui affecte d'une manière qui ne soit pas provisoire ou éphémère, la structure ou le fonctionnement de l'organisation sociale d'une collectivité donnée et modifie le cours de son histoire. En effet, les conflits ont comme objectif soit la lutte pour l’acquisition de nouveaux droits soit la lutte pour protéger des droits acquis.


Il s’agira alors de comprendre quel rôle jouent les conflits sociaux au sein de la société. Les conflits sociaux sont-ils à l’origine de changement social ? Sont-ils porteurs de nouvelles valeurs, de nouvelles normes ? Contribuent-ils à faire évoluer les mentalités ? Ou au contraire, sont-ils la manifestation d’une résistance au changement ?

Nous verrons dans un premier temps que dans une certaine mesure, les conflits sociaux peuvent constituer un frein au changement social. Dans une seconde partie, nous mettrons cependant en valeur que les conflits sociaux peuvent être à l’origine du changement social.


PLAN DETAILLE

I. LES CONFLITS CONSTITUENT UNE RESISTANCE AU CHANGEMENT SOCIAL

Des conflits offensifs aux conflits défensifs

Document 1

➜ Hier, conflit comme conquête de nouveaux droits ou d'avantages sociaux. Aujourd’hui, conflit comme opposition à des transformations sociales jugées défavorables ou peu souhaitables.

Le conflit en opposition aux réformes législatives

Document 2

➜ Le conflit comme refus des réformes, de l’évolution de la législation. Protection des acquis salariaux et sociaux.


II. TOUTEFOIS, LES CONFLITS PEUVENT EGALEMENT ETRE VECTEURS DE CHANGEMENT SOCIAL

A. Le conflit est le moteur de l’histoire

Document 1

➜ Marx et Engels : le conflit comme moteur des transformations au sein de notre société


B. Le conflit à l’origine d’évolutions sociales

Document 3

➜ Les conflits comme porteurs d’évolution des normes et des valeurs d’une société


CONCLUSION

Finalement, en fonction des contextes socio-historiques et notamment des rapports de force qu'ils impliquent, les conflits peuvent se situer comme moteur ou résistance au changement. Certains les perçoivent comme à l’origine de résistance au changement, empêchant toute évolution cultuelle et/ou sociale de la société. Plusieurs auteurs mettent en valeur l’évolution des conflits, et de leurs objectifs. Totalement inscrits dans les conflits offensifs, les sociétés modernes se seraient peu à peu accommodées à des conflits défensifs. Finalement, dès qu’une réforme ou une nouvelle législation apparaît, il semble spontanément naître un mouvement d’opposition. Toutefois, les conflits sont pour d’autres le moteur de l’histoire. Grâce aux conflits, les sociétés font évoluer les valeurs et les normes qui lui sont inhérentes et les mœurs peuvent alors avancer au fil des années et des mentalités.

Fort de ce constat, on peut s’interroger sur le rôle que jouent les syndicats dans la prédominance actuelle des conflits défensifs.


EPREUVE COMPOSEE DE SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES

PREMIERE PARTIE

1. Montrez que l’appartenance à l’Union Economique et monétaire impose des contraintes en matière de politique budgétaire.

 Une union économique et monétaire est une des étapes de l’intégration régionale définie par Béla Balassa. Elle implique la libre circulation des marchandises, services, capitaux et personnes, complété d’une harmonisation des politiques économiques, financières et sociales et de l’utilisation d’une monnaie unique. Une politique budgétaire est une politique conjoncturelle visant à stabiliser l’économie en cas de déséquilibres macroéconomiques. L’Etat utilise alors son budget – ses recettes et ses dépenses- pour rééquilibrer les principaux indicateurs économiques.

Les pays membres de l’UEM se voient contraints en matière de politique budgétaire par deux mécanismes.

Tout d’abord, les pays membres doivent respecter le Pacte de Stabilité et de croissance, qui imposent aux pays signataires un déficit public maximal équivalent à 3% du PIB et une dette publique ne devant pas excéder 60% du PIB.

De plus, la politique monétaire étant gérée par la Banque Centrale Européenne, les Etats ne disposent plus que de la politique budgétaire pour faire face à leurs déséquilibres. Ils doivent donc la gérer avec grande prudence et en prenant en compte les décisions prises par la BCE. C’est le principe de Policy mix.


2. Vous montrerez à l’aide de deux exemples comment les pouvoirs publics luttent contre les discriminations.

La discrimination est une différence de traitement entre les individus en raison d’un critère social, sexuel, ethnique… Les discriminations représentent une rupture dans le principe d’égalité recherché par les pouvoirs publics.

La discrimination est illégale, elle est un obstacle à l’égalité des chances. L’Etat met donc en place des lois pour contraindre les agents économiques à traiter également tous les individus. Pour lutter contre ces discriminations, les pouvoirs publics vont mettre en place des mesures équitables pour essayer de rétablir l’égalité. 

La discrimination positive est la mise en place d’inégalités pour tenter de rétablir l’équité. 

Le principe même des Zones d'Education Prioritaire (ZEP) remet en cause l'égalité en droit, puisqu'il s'agit de donner plus de moyens (postes, heures d'enseignement) aux établissements situés dans des zones particulièrement défavorisées. Il s'agit donc de donner plus à ceux qui en ont le plus besoin. Cela est jugé équitable, car cela permet de renforcer la justice sociale.

L’envoi de CV anonymes ne faisant apparaître aucun élément permettant d’identifier un candidat à un poste est également une mesure prise par les pouvoirs publics pour limiter les discriminations à l’embauche en fonction de critères comme l’âge, le sexe ou l’origine ethnique.


DEUXIEME PARTIE

Ce tableau à double entrée nous informe sur le statut de l’emploi et le type de contrat de travail en fonction de deux critères : l’âge et le sexe. L’ensemble des données est exprimé en pourcentage. L’institut national de la statistique et des études économiques a publié ce tableau en 2013.

On remarque tout d’abord que le pourcentage de non-salariés diffère en fonction de l’âge. En effet, les 50 ans et plus sont 6 fois plus nombreux à occuper un emploi non-salarié par rapport aux 15-24 ans. Ces derniers sont également 4 fois moins nombreux à être non-salariés en comparaison avec les 25-49 ans. De plus, il existe un écart de 33 points de pourcentage en ce qui concerne les CDI. En moyenne, 78.9% des individus de 50 ans et plus ayant un emploi est en CDI, alors que ce n’est le cas que de 45.2% des 15-24 ans.

De plus, on remarque des disparités en fonction du sexe. Tout d’abord, les hommes sont deux fois plus nombreux à occuper un emploi non-salarié. Toutefois, les hommes sont 3 fois plus nombreux à être en contrat de travail temporaire par rapport aux femmes. en effet, en moyenne en 2013, 1.2% des femmes ayant un emploi sont intérimaires, alors que c’est le cas d’environ 3% des hommes ayant un emploi.


TROISIEME PARTIE

À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que le progrès technique est facteur de croissance.

Le progrès technique est l’ensemble des innovations qui entraînent une transformation des moyens et des méthodes de production. Lorsque cette dernière augmente durablement, on parle de croissance. Ainsi, la croissance est l’augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes du PIB réel.

Nous allons donc voir le rôle que joue le progrès technique pour la croissance. Autrement dit, comment le progrès technique peut-il être à l’origine de l’augmentation de la production ?

Dans une première partie, nous verrons que l’innovation est source de croissance. Dans une seconde partie, nous constaterons que l’existence de rendements d’échelle croissants contribue à l’augmentation de la production. Dans une troisième partie, nous étudierons le rôle de la recherche et développement pour la croissance. Dans une quatrième partie, nous nous intéresserons au capital humain nécessaire pour stimuler la croissance intensive. Enfin, dans une cinquième partie, nous verrons que la croissance peut aussi être stimulée par le développement des infrastructures.


L’innovation est source de croissance économique

Document 1

➜ Croissance intensive, productivité globale des facteurs, troisième facteur de production, résidu de Solow, croissance endogène


L’existence de rendements d’échelle croissants contribue à l’augmentation de la production

Document 2

Rendements d’échelle croissants, externalités positives, croissance autoentretenue


L’investissement dans la recherche et développement engendre l’augmentation de la production

Document 3

Paul Romer, course à l’innovation, recherche fondamentale/incrémentale, rôle de l’Etat


L’investissement dans le capital humain engendre de la croissance

Robert Lucas, stock de capital humain, productivité des travailleurs


Le développement des infrastructures permet d’accroître la production

Robert Barro, infrastructures, rôle de l’Etat, externalités positives


Finalement, le progrès technique est source de croissance économique. En effet, il génère des rendements d’échelle croissants, qui permettent pour une même quantité de facteurs de production utilisée de créer davantage de biens et de services. Ce résidu a longtemps été considéré comme exogène au processus de croissance. Toutefois, les « nouvelles » théories dites de croissance endogène montrent que la croissance peut s’auto-entretenir. Pour ce faire, il est nécessaire d’investir dans des activités à externalités positives, qui vont alors pouvoir stimuler continuellement la production et générer de la croissance économique.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

roxanonymous
5 5 0
20/20

Les investissements publics ont un lien avec le sujet. Dans la théorie de la croissance endogène, le progrès technique vient de la sphère économique pour Barro et Romer et n'est plus qualifié d'"extérieur" comme le soutenait Solow. Il est donc produit grâce aux institutions et investissements : - dépenses en recherche et développement (pour du K technologique --> externalité positives & rendements d'échelle croissants) - dépenses éducatives (pour du K humain --> cad des s-f, des connaissances afin de favoriser l'innovation et de pouvoir transmettre aux génération futures) - investissements publics (pour du K public --> financement de bien collectifs)

par - le 10/06/2016
Elpichichi
2 5 0
8/20

Pardon, mais les dernières parties (surtout la dernière) ne seraient_elles pas légèrement hors-sujet ? Les investissements publics n'ont aucun lien avec le progrès technique.

par - le 02/06/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?