La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ? - SES - Terminale ES

La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ? - SES - Terminale ES

Nous mettons à votre disposition ce cours de SES de Terminale SES rédigé par notre professeur. Ce chapitre fait partie du thème "Intégration, conflit, changement social" et concerne la conflictualité sociale.

Vous vous intéresserez tout d'abord aux conflits, mouvements sociaux et aux actions collectives, puis notre professeur vous explique que la lutte des classes est un conflit permanent qui a marqué l'Histoire. Vous verrez également les liens entre conflits, solidarité et intégration sociale. Enfin, vous aborderez les nouveaux mouvement sociaux qui ont fait leur apparition.

Téléchargez gratuitement ci-dessous ce cours de SES pour le Bac ES intitulé "La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ?".
Consultez le cours de SES suivant : Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ?

Document rédigé par un prof La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ? - SES - Terminale ES
Télécharger gratuitement

18.00/20

4.5000 5 0

2 Avis > Donne ton avis

9663 téléchargements

Le contenu du document


MOUVEMENTS ET CONFLITS SOCIAUX, INTEGRATION ET CHANGEMENT SOCIAL

CONFLITS, MOUVEMENTS SOCIAUX, ACTION COLLECTIVE

Les conflits sociaux sont issus de la dépendance entre les individus ou les groupes sociaux, le conflit sans interaction dans l’isolement n’est pas possible. 

Les conflits naissent avant tout de l’impossibilité pour tout le monde d’accéder à tout, au même moment, il existe également des différences dans la manière de concevoir l’organisation sociale. 

Le conflit vise généralement à obtenir un changement, cependant il est difficile de l’obtenir quand il subsiste un désaccord entre les deux parties. 

Plusieurs solutions s’offrent aux individus : 

- La voix (voice) : Cette technique consiste àfaire entendre sa voix, elle est utilisée principalement par les syndicats, associations, groupes d’intérêts qui portent les revendications d’un collectif. 

- La sortie (exit) : Cette technique vise à faire jouer les mécanismes de marché. 

L’action collective est, elle, basée sur la volonté d’agir ensemble pour atteindre un objectif que l’on partage. Les actions collectives ne sont pas nécessairement des mouvements sociaux. Les mouvements sociaux sont avant tout des mouvements qui remettent en cause les relations de dominations existantes et ont pour but un changement social, les adversaires sont bien définis. Les mouvements sociaux sont des mouvements de protestation. 


L’OPPOSITION OU LA RESISTANCE FACE AU CHANGEMENT

Les analyses de Karl Marx ont permis de mettre en évidence que la lutte des classes était un conflit permanent qui a marqué l’histoire. Ses analyses apparaissent aujourd’hui obsolètes. Les grandes luttes sociales qui ont marqué le 20ème siècle ont apporté beaucoup de protections au statut de salarié (1906, 1936, 1968). Des droits importants ont été conférés aux salariés, les congés payés, le repos hebdomadaire, protection maladie. Ces différentes grèves ont donc permis la construction d’une société du salariat. 

Les luttes collectives peuvent également être la source d’une résistance à un changement qui pourrait menacer des acquis. On peut analyser cette méthode sous deux angles différents :

- La résistance pour sauvegarder des acquis sociaux : retraites, horaires de travail, sécurité sociale. Ex : Les manifestations d’Octobre 2010 contre la réforme des retraites. 

- La résistance contre un changement de position dans l’entreprise. Ex : La grève des sages-femmes pour revendiquer leur statut de médecin. 


CONFLITS, SOLIDARITES ET INTEGRATION SOCIALE

Les sociétés modernes sont passées de la solidarité mécanique à la solidarité organique, essentiellement grâce à la division du travail. Les conflits sont inévitables car ils sont liés aux relations sociales. En revanche on observe que dans une société s’il y a un affaiblissement des règles sociales, les conflits risquent d’être fréquents. 

Le mouvement ouvrier est un mouvement qui peu à peu s’est développé notamment grâce aux syndicats, partis politique, associations. Ce mouvement était au départ très hétérogène, ce sont ces différentes organisations qui ont permis au mouvement de se structurer. Progressivement, la classe ouvrière s’est forgée une identité et elle est devenue une force d’opposition, avec le souhait de porter des revendications qui apportent des changements. 

Les conflits sociaux se sont relativement pacifiés dans le temps, cela est principalement du à la mise en place de procédures d’expression des désaccords entre représentants des salariés et patronat. 

La régulation des conflits permet l’organisation de négociations entre les différents partenaires sociaux, ces négociations débouchent souvent sur des modifications du droit du travail et sont bien souvent arbitrés par les pouvoirs publics. 

La mobilisation est généralement encouragée par la présence de syndicats, cette présence est forte dans les grandes entreprises. 


UNE SOCIETE EN MUTATION, DE NOUVEAUX MOUVEMENTS SOCIAUX

L’EVOLUTION DES CONFLITS DU TRAVAIL

On observe, ces dernières années, de nombreuses évolutions dans les conflits liés au travail. Le premier constat porte sur la baisse significative du taux de syndicalisation dans les entreprises, le deuxième constat s’effectue sur le nombre de journées chômées au travail (jours de grève). Ces constats n’indiquent pas pour autant que les conflits relatifs au travail ont diminué. Au début des années 2000, les conflits dans les entreprises de plus de cinquante salariés ont été plus nombreux que pendant les années 1990. 

Les actions collectives évoluent, les grèves de plus de deux jours baissent mais de nouveaux modes de revendications sont nés : les pétitions, débrayages, refus d’effectuer des heures supplémentaires. La précarisation croissante du travail pousse les acteurs du travail à trouver de nouvelles méthodes pour exprimer leurs désaccords, les grèves étant couteuses pour un salarié. 

Les conflits sont également en évolution car le contexte change, en effet on constate une augmentation des licenciements, des menaces sur l’emploi. Les revendications sont donc fortement liées à ces évènements et portent davantage sur les salaires, la sauvegarde des emplois dans les secteurs où l’activité est en baisse. 


NOUVEAUX MOUVEMENTS SOCIAUX ET NOUVEAUX ACTEURS

Les nouveaux mouvements sociaux (NMS) sont apparus récemment au sein de la société. Leur particularité est qu’ils ne sont pas liés au travail et n’appartiennent pas au mouvement ouvrier. Parmi eux on retrouve : 

- Discrimination envers les homosexuels 

- Campagnes pacifistes 

- Luttes féministes 

- Luttes contre le SIDA 

- Luttes contre le nucléaire 

- Combats écologistes 


Tous ces mouvements sont nés de la volonté de transformer la société, une société post-industrielle, où le pouvoir est concentré dans les mains des détenteurs du savoir et de l’information, les experts qui grâce aux médias, administrations, écoles, planifient le développement économique et social des peuples. Ces détenteurs du savoir dessinent les orientations culturelles de la société. 

Le sociologue Alain Touraine, a mis en évidence les nouveaux enjeux de ces nouveaux mouvements, pour lui ils présentent la caractéristique d’être des mobilisations collectives et non des mouvements sociaux visant à modifier l’ordre social. Ils sont à l’initiative de groupes de pressions mais ne proposent pas réellement un nouveau projet de société. 

Pour certains de ces mouvements, on ne peut les qualifier de nouveaux, car ils existent de longue date. C’est le cas des combats pacifistes ou des luttes féministes. 


La société est aujourd’hui en proie au chômage de masse et à la précarité, les mobilisations de demain seront concentrées dans la lutte pour l’emploi et les salaires. 


NOTIONS A RETENIR 

Action Collective : Action à l’intention d’un groupe ou plusieurs groupes ayant pour but la satisfaction d’intérêts particuliers ou collectifs. 

Conflits Sociaux : Désaccords, combats, luttes entre différents groupes sociaux opposés sur leurs intérêts ou leurs idées. 

Mouvements Sociaux : Actions collectives remettant en cause l’ordre social en voulant le changer. Les mouvements sociaux ont une dimension de protestation, ce qui fait la différence avec une action collective. 

Régulation des conflits : Règles établies avec des institutions capables de canaliser les tensions et les différends. Ce cadre permet l’expression et l’organisation de la négociation entre les partenaires sociaux. 

Syndicats : Groupement qui permet d’assurer l’organisation de la défense des salariés, la reconnaissance et le respect de leurs droits économiques et sociaux. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Nsmjd
4 5 0
16/20

Assez bonne fiche cependant je pense qu'il manque les point de vue d' E.Durkheim , le conflit comme pathologie de l'intégration et ceux de G.Simmel & L.Coser ; le conflit comme facteur de cohesion

par - le 29/05/2016
RomainPSG
5 5 0
20/20

Fiche de cours très complète avec les définitions a la fin

par - le 11/02/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?