Le rôle des facteurs de production : Les sources de la croissance - SES - Terminale ES

Le rôle des facteurs de production : Les sources de la croissance - SES - Terminale ES

Voici un document de Terminale ES en Sciences économiques et sociales, à propos du chapitre "Les sources de la croissance économique".

Vous verrez plus particulièrement le thème du rôle des facteurs de production.

Téléchargez gratuitement ce cours de SES du Bac ES.

Le rôle des facteurs de production : Les sources de la croissance - SES - Terminale ES

Le contenu du document

 

Notions à retenir : croissance économique, facteur travail, facteur capital

 

INTRODUCTION

 

Durant cette brève fiche de présentation, nous allons nous intéresser à trois termes qui ne peuvent être compris séparément dans la mesure où ils sont tous trois interconnectés. En effet, bon nombre d’étudiants se rendent le jour de l’épreuve sans maitriser les notions de facteurs de production et leur relation avec la croissance économique. Nous allons tenter d’expliquer clairement ce que sont les facteurs de productions, leur impact avec la croissance et nous illustrerons notre propos à l’aide d’exemples issus de l’économie réelle. 

 

DEFINITIONS GENERIQUES DES CONCEPTS

LES FACTEURS DE PRODUCTION

D’après le livre de SES aux éditions Bordas 2014, les facteurs de productions sont définis de la manière suivante : « moyens mis en œuvre pour produire. » Le facteur capital correspond à « l’ensemble des moyens de production dont a besoin un producteur pour son activité, en plus du facteur travail. Le capital peut être fixe ou circulant. » 

Nous allons en profiter pour définir et rappeler ce que sont le capital fixe et le capital circulant. Selon le site internet seslaprovidence, le capital fixe se définit de la manière suivante : « capital technique durable utilisé durant plusieurs cycles de production ; il s'agit des biens d'équipement et des locaux. » Ce qui signifie que lorsqu’une entreprise investit, effectue une dépense dans l’achat de matériel tels que des machines ou la location voire l’achat d’un local de production, ces dépenses sont comptabilisées dans le capital fixe. Au même titre qu’un individu qui achète une machine à laver effectue une dépense qui augmente son stock de capital fixe. Le terme fixe signifie investissement sur le long terme avec une idée de non augmentation ou un étalonnage du coût d’achat. C’est par exemple le cas lorsqu’un achat doit se faire à partir d’un prêt ou pour le prix d’un loyer qui reste relativement fixe au cours des années. 

Toujours selon seslaprovidence, le capital circulant correspond au « capital technique qui est amené à être transformé ou détruit au cours du processus de production ». C’est notamment le cas de la plupart des matières premières qui vont être utilisées afin de parvenir à achever le bien ou le service proposé. C’est par exemple le cas avec le shampooing utilisé par les coiffeurs ou le bois pour les ébénistes. 

Intéressons-nous maintenant à la notion de capital travail. D’après le livre Bordas édition 2014, « le facteur travail est l’ensemble du travail humain, manuel ou intellectuel, contribuant à la production de richesses ». Ce qui signifie que dans le facteur travail, nous pouvons retrouver les notions de main d’œuvre et de propriété intellectuelle (conceptualisation d’innovations technologiques). Afin d’illustrer au mieux mon propos, je suis actuellement le facteur travail dans la mesure où je réalise une activité de service pour laquelle je reçois une rémunération. De cette source financière, il y aura un prélèvement de la part de l’Etat sous la forme de taxe et je réinjecterai certainement une partie de mes ressources dans d’autres secteurs de dépenses comme l’alimentation, le loyer … 

 

LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Vous ne pouvez pas vous permettre de faire l’économie de maitriser la notion de croissance économique. En effet, tout le programme de terminale en économie est construit à partir de ce thème central. Depuis des années, vous avez dû vous rendre compte que la société française et principalement les idées véhiculées par la pensée dominante en économie par l’intermédiaire des organes de communication sont centrées sur la crise économique et le fameux déclin de la croissance. 

Il n’est pas rare d’entendre tel ou tel homme politique avancer fièrement des propositions pour redynamiser l’économie et relancer la croissance. Qu’est-ce que la croissance ? Elle correspond à l’augmentation durable des richesses produites dans un territoire donnée pendant une période donnée. Son indicateur statistique, celui qui permet d’évaluer quantitativement les richesses produites, est le produit intérieur brut.  

J’insiste sur ce point, le PIB n’est pas la croissance. C’est un simple outil mathématique de comptabilité des richesses. Enfin, je conclurai rapidement mon propos concernant la croissance en vous rappelant que la croissance est fondée sur ce que les économistes nomment la mesure de l’activité économique. Lorsqu’il y a une transaction monétaire, financière entre plusieurs parties et que cette activité est déclarée alors elle est prise en compte dans le PIB. Si je vais manger au restaurant, il y a donc un échange monétaire entre le restaurant et moi et ce dernier est dans l’obligation de me donner une preuve de mon achat et ce afin que le système de taxations de la part de l’État s’opère. 

Les deux autres activités qui sont illégales ou juste non déclarées et donc qui ne rapportent pas d’argent aux pouvoirs publics sont l’activité économique souterraine et l’activité informelle ou domestique. L’activité souterraine est illégale et peut être assimilée au travail au noir (non déclaré) ou encore au trafic de substances illicites. L’activité domestique est légale mais non déclarée. C’est par exemple, le cas lorsqu’un individu fait le ménage seul dans son appartement ou qu’il se prépare à manger avec des produits issus de son potager. Effectivement, si l’individu avait fait appel aux services d’une entreprise ou d’un tiers alors il aurait généré de la croissance à condition qu’il ait déclaré l’activité en question. 

 

CONCLUSION 

 

Les facteurs travail et capital permettent de comprendre l’existence de la croissance économique dans la mesure où l’utilisation combinée de ces moyens de production permet de générer des richesses. L’augmentation rapide de la croissance économique dans la plupart des pays ayant adopté une organisation productive basée sur l’utilisation effrénée de ces deux moyens de productions permet de mieux cerner l’environnement dans lequel évoluent la plupart des êtres humains. Nous sommes tous une force de travail qui travaillons avec l’aide de machines, d’outils et ce dans le but de pouvoir subsister, survivre en consommant des biens et services proposés par d’autres entités économiques.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?