Quelles politiques pour l'emploi ? - SES - Terminale ES

Quelles politiques pour l'emploi ? - SES - Terminale ES

digiSchool Bac ES met à votre disposition ce cours de SES pour le Bac ES, rédigé par notre professeur certifié, et consacré au dernier chapitre du programme de Terminale ES : Quelles politiques pour l'emploi ? Une fois que tu as bien lu et compris le cours on t'invite à tester tes connaissances sur le quiz associé.

digiSchool t’accompagne toute l’année dans tes révisions grâce à de nombreux cours, quiz, annales corrigées, vidéos de notions et LIVES de révisions, rejoins-nous !

Document rédigé par un prof Quelles politiques pour l'emploi ? - SES - Terminale ES
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

4 Avis > Donne ton avis

13576 téléchargements

Le contenu du document

Le septième et dernier thème en SES porte sur l’emploi. Le second chapitre de ce thème s’intéresse aux différents types de chômage et aux solutions envisageables. La seconde partie du chapitre s’intéressera au rôle intégrateur du travail.

PRÉREQUIS

Aucun prérequis n’est nécessaire.

OBJECTIFS

Afin de montrer que la diversité des formes et des analyses du chômage explique la pluralité des politiques, on analysera les politiques macroéconomiques de soutien de la demande globale pour lutter contre le chômage keynésien, les politiques d'allégement du coût du travail pour lutter contre le chômage classique, les politiques de formation et de flexibilisation pour réduire la composante structurelle du chômage. On soulignera que les politiques de l'emploi sont aussi fondées sur la prise en compte du rôle du travail et de l'emploi dans l'intégration sociale. On se demandera en quoi ce lien entre travail et intégration sociale est fragilisé par certaines évolutions de l'emploi.

Maîtriser les notions suivantes : flexibilité du marché du travail, taux de chômage, taux d’emploi, qualification, demande anticipée, salariat, précarité, pauvreté.

Introduction

DÉFINITION : Chômeur. Individu qui ne travaille pas, à la recherche active d’un emploi et immédiatement disponible pour en occuper un.

DÉFINITION : Taux d’emploi. Calcul du taux d’emploi :

1a2a9e14-756d-4012-8fc5-da83d6909225

DÉFINITION : Taux de chômage. Calcul du taux de chômage : 

b87c8cdd-aed2-4217-84cd-b5b6a8bf8d62

En 2019, le taux de chômage en France est d’environ 9%.

I. LES FORMES DE CHÔMAGE

Les économistes ne sont pas d’accord sur les causes du chômage. C’est pourquoi on distingue trois grands types de chômage.

A. Le chômage classique

Selon les néoclassiques, le chômage s’explique par un coût du travail trop élevé. Les entreprises ne souhaitent pas embaucher car la productivité des travailleurs est inférieure au salaire.

C’est notamment le cas des travailleurs peu qualifiés, dont la productivité est faible, mais qui doivent être rémunérés en fonction du salaire minimum.

B. Le chômage keynesien

Selon Keynes, le chômage s’explique par une demande anticipée par les producteurs trop faible. Les entreprises ayant des anticipations pessimistes ne souhaiteront pas embaucher de la main d’œuvre supplémentaire.

Selon Keynes, le niveau des salaires est trop bas, ce qui n’incite pas les agents économiques à consommer et ce qui ne stimule pas la production des entreprises.

C. Le chômage structurel

Le chômage structurel est un chômage de long terme. Il résulte d’une inadaptation de la main d’œuvre aux emplois proposés ou de rigidités sur le marché du travail. Il existe ainsi des problèmes d’appariement, c’est-à-dire que l’offre et la demande n’arrivent pas à s’ajuster, nuisant aux embauches. La qualification et/ou le diplôme des chômeurs ne correspondent pas aux compétences demandées actuellement.

Par exemple, certains ouvriers pendant les Trente Glorieuses ont eu du mal à retrouver un emploi quand l’économie a connu la tertiarisation et que l’informatique est devenue omniprésente.

De plus, certaines lois/mesures engendrent une certaine rigidité sur le marché du travail, qui n’est pas assez flexible face aux fluctuations.

Par exemple, les difficultés rencontrées par une entreprise pour licencier un salarié freinent les embauches. En effet, les entreprises sont frileuses et craignent une baisse de l’activité économique, avec une main d’œuvre inutilisée.

II. LES DIFFÉRENTES POLITIQUES DE L’EMPLOI

Dans la mesure où les causes du chômage sont diverses, les moyens de le résorber le sont aussi. Les mesures à prendre pour baisser le nombre de chômeurs dépendent du type de chômage auquel un pays fait face.

A. Les politiques d’allègement du coût du travail

Selon les néoclassiques, le chômage est dû à des coûts de production trop élevés, et principalement celui du travail. Pour le résorber, il s’agit alors de baisser le coût du travail pour inciter les entreprises à embaucher davantage. Cette baisse du coût du travail peut se faire :

  • soit en baissant ou en supprimant le salaire minimum ;
  • soit en baissant ou en supprimant les charges sociales (montants versés par les entreprises à l’État lorsqu’elles ont des salariés).

B. Les politiques de soutien à la demande globale

Selon Keynes, la demande de travail de la part des entreprises ne dépend pas du salaire, mais de la demande effective (demande anticipée par les entrepreneurs qui déterminera leur niveau de production).

En partant de cette hypothèse, les politiques de relance devront donc soutenir cette demande effective. C’est la reprise de la consommation et de l’investissement qui va influencer la production et inciter à de nouvelles embauches.

Ainsi, les gouvernements vont utiliser la politique monétaire et la politique budgétaire pour stimuler la demande et inciter les agents économiques à la consommation. Stimuler la consommation peut principalement se faire par deux moyens :

  • Augmenter les revenus. Par exemple, augmenter le salaire minimum ou les aides de l’État.
  • Baisser les dépenses. Par exemple, la baisse des impôts.

La principale limite de ce type de politique est le déséquilibre budgétaire. En effet, toutes ces mesures ont un coût pour l’État et cela aggrave son déficit budgétaire, c’est-à-dire que ses dépenses sont nettement supérieures à ses recettes. Or, un déficit budgétaire nécessite à terme un endettement, qui peut contraindre lourdement les finances publiques et le fonctionnement économique d’un pays.

C. Les politiques de formation et de flexibilisation

Pour résoudre le chômage structurel, il est nécessaire d’envisager deux solutions distinctes.

Tout d’abord, pour résoudre les problèmes d’appariement, l’État devra mettre en œuvre une politique de formation continue pour les travailleurs et les chômeurs. Une fois la formation initiale achevée, les agents économiques devraient pouvoir actualiser leurs connaissances et leurs compétences, ce qui passe par des formations tout au long de la vie active des travailleurs. On mettra donc en place des politiques de formation visant à améliorer l’adaptabilité et l’employabilité des salariés.

DÉFINITION : Employabilité. Capacité d’un individu à être embauché par rapport à un autre candidat. Les critères entrant en jeu sont divers : la formation initiale, l’expérience, l’âge, le sexe …

De plus, il semble nécessaire de rendre le marché du travail plus flexible. L’enjeu est de permettre aux entreprises de pouvoir s’adapter rapidement aux fluctuations économiques. Ainsi, certaines mesures peuvent permettre aux entreprises de faire preuve de réactivité, si l’activité baisse ou augmente rapidement.

Il peut s’agir de la mise en place de lois :

  • Facilitant l’embauche ou le licenciement des salariés. Exemple : contrats d’intérim, CDD…
  • Permettant d’adapter la rémunération des salariés. Exemple : chômage partiel…

Au Danemark, le gouvernement a mis en place une politique de flexisécurité. Elle est la combinaison d’une faible protection de l’emploi (facilité de licenciements), d’une indemnisation généreuse du chômage et d’une politique de formation continue des demandeurs d’emploi. Cette flexisécurité se traduit par un faible taux de chômage.

III. LE RÔLE INTÉGRATEUR DU TRAVAIL

A. Travail et intégration

Le travail est source de sociabilité et d’un réseau social. Il permet aux individus d’interagir entre eux et de se constituer un « carnet d’adresses » sur lequel les travailleurs pourront compter pour obtenir un soutien professionnel (stage, emploi, opportunités de carrière…), voire personnel (basé sur une relation plus affective).

De plus, le travail est un vecteur essentiel d'intégration, car il permet de percevoir un revenu et un statut social. Le revenu est nécessaire pour s’intégrer dans notre société où la consommation de masse y joue un rôle prépondérant. La consommation est un marqueur d’identité, elle permet à l’individu de ressembler à ses pairs (importance de suivre la mode) ou de se distinguer pour « exister » socialement (importance de montrer par ses achats notre « supériorité » sociale). Le statut social confère à l’individu une partie de son identité.

Enfin, le travail permet d’acquérir des droits sociaux : congés payés, salaire minimum, représentation syndicale ; mais aussi, couverture maladie, droit à la retraite, etc. grâce à la protection sociale.

B. La fragilisation de son rôle intégrateur

Toutefois, l’augmentation des emplois instables déstabilisent le rôle intégrateur du travail. Alors que les embauches en CDI (contrat à durée indéterminée) étaient la norme jusqu’au début du XXIe siècle, les CDD (contrat à durée déterminée) et les contrats en intérim (courte mission de plusieurs heures à plusieurs mois) sont de plus en plus fréquemment utilisés par les entreprises.

C’est le passage de l’emploi typique (CDI, stable, valorisant…) à l’emploi atypique (CDD, irrégulier etc.). Pour ces travailleurs, les revenus deviennent irréguliers. Les droits à la protection sociale (indemnités chômage, retraite…) sont remis en question.

Le travail ne les protège plus autant face à la précarité et à la pauvreté. On assiste d’ailleurs à une augmentation du nombre de travailleurs pauvres.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Pour vous aider à saisir le sens de ce chapitre, il faut que vous pensiez à bien associer chaque remède (solution) à son diagnostic (cause). On distingue trois types de chômages, il y a donc trois méthodes envisagées pour le réduire.
  • Le rôle intégrateur du travail a déjà été évoqué dans le chapitre sur l’intégration sociale et les liens sociaux entre individus.

POUR ALLER PLUS LOIN …

  • Le film La loi du marché avec Vincent Lindon illustre le parcours d’un chômeur quinquagénaire confronté à la réalité sociale.
  • Le livre Chômage : fatalité ou nécessité ? de Pierre Cahuc et André Zylberberg est un ouvrage qui donne plusieurs éléments d’explications sur le chômage.

PROGRAMME COMPLET DE SES

Accède à toutes les fiches du programme de Sciences économiques et sociales ci-dessous. Notre professeur t'a préparé une leçon pour chacune notion du programme pour réviser ton bac de SES ! Télécharge la fiche gratuitement en créant ton compte pour réviser n'importe où.

 

  1. Quelles sont les sources de la croissance économique ?
  2. Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?
  3. Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ?
  4. Quelle est la place de l'Union européenne dans l'économie globale ?
  5. La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ?
  6. Comment analyser la structure sociale ?
  7. Comment rendre compte de la mobilité sociale ?
  8. Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu ?
  9. La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social ?
  10. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ?
  11. Comment s'articulent marché du travail et gestion de l'emploi ?
  12. Quelles politiques pour l'emploi ?

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

5 5 0
20/20

Ce site est vraiment intelligible par rapport aux autres sites .

par un utilisateur supprimé - le 04/06/2017
Momotism7
5 5 0
20/20

Moi je met une note de 20/20 parce que ce site est vraiment intelligible par rapport aux autres site .

par - le 04/06/2017
koko95
5 5 0
20/20

fiche très synthétisée à voir après avoir appris son cours afin de vérifier ses connaissances :)

par - le 10/06/2016
Plus d'avis (1)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?