Corrigé Sciences - Bac ES Liban 2016

Corrigé Sciences - Bac ES Liban 2016

digiSchool Bac ES vous propose le corrigé de l'épreuve anticipée de Sciences du Bac ES du Liban 2016.

Dans la première partie du sujet de Sciences du Bac ES du Liban 2016, notre professeur a rédigé complètement le développement sur la problématique "La couleur des poissons change-t-elle avec la profondeur ?". Vous trouverez également les réponses aux questions de la seconde partie sur le traitement de l'eau. Enfin, vous découvrirez les réponses au QCM de la troisième partie sur l'implant contraceptif télécommandé.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Sciences du Bac ES du Liban 2016 !
Consultez le sujet de l'épreuve anticipée de Sciences du Bac Es du Liban 2016

Corrigé Sciences - Bac ES Liban 2016
Télécharger gratuitement

12.00/20

3.0000 5 0

4 Avis > Donne ton avis

4853 téléchargements

Le contenu du document

 

PARTIE 1 : REPRESENTATION VISUELLE

LA COULEUR DES POISSONS CHANGE-T-ELLE AVEC LA PROFONDEUR ?

Lorsque Pierre fait de la plongée il a l’impression qu’à une trentaine de mètre de profondeur les poissons et les végétaux sont bleus-verts et qu’arrivé à 60m ils sont tous gris. Il explique également que la luminosité varie et que plus il va profond moins il y a de lumière, moins de 100lux à 60m. Lors d’un entrainement Pierre a attrapé un poisson, ce dernier semblait gris lorsqu’il était à 60m de profondeur, puis bleu à 30m pour finir magenta une fois en surface. 

Comment expliquer que le poisson ait une couleur différente en fonction de la profondeur à laquelle il est observé ?

Pour cela nous allons commencer par expliquer les mécanismes qui nous permettent de voir en couleur, c'est-à-dire la présence de cellules photoréceptrices. Ensuite nous essayerons d’expliquer comment le poisson péché par Pierre a pu sembler de différentes couleurs en fonction de la profondeur.

Dans l’œil nous possédons plusieurs types de cellules qui tapissent la rétine : les cellules ganglionnaires, les cellules bipolaires et les cellules photoréceptrices. Nous allons développer ces dernières car ce sont les responsables de notre vision en couleur. Il existe deux sortes de cellules photoréceptrices : les bâtonnets et les cônes. Les bâtonnets sont les plus nombreux et situés en majorité en périphérie de l’œil. Ils sont très sensibles à la lumière ce qui veut dire que grâce à eux nous pouvons voir même lorsque la luminosité est très faible. En revanche, ils ne possèdent qu’une sorte de pigment, la rhodopsine, et cette dernière ne permet pas la vision en couleur. Concernant les cônes, ils sont situés majoritairement au centre de l’œil dans le point où la vision est la plus nette (la fovéa), ils sont moins nombreux que les bâtonnets et ne sont utiles que lorsque la luminosité est satisfaisante. En revanche ce sont eux qui nous permettent de voir en couleurs, il existe trois cônes différents pour trois pigments différents : l’opsine bleue (permettant de voir le bleu), l’opsine verte (vision du vert) et l’opsine rouge (vision du rouge). Ensemble ces cellules nous permettent de voir en couleur mais également de voir lorsque la luminosité est faible comme par exemple lorsqu’on fait de la plongée.

 

Le poisson que Pierre a péché se trouvait à 60m de profondeur, d’après le document 2, la lumière est d’une intensité d’environ 102lux. D’après le graphique, à cette intensité seuls les bâtonnets sont actifs, nous avons vu précédemment qu’ils ne permettaient pas une vision en couleurs, ce qui explique que Pierre est vu son poisson gris. Lorsque Pierre est remonté (environ 30m) il dit avoir vu son poisson bleu. Le document 2 nous dit que la luminosité est d’environ 104lux à 30m, sur le graphique on voit que tous les cônes devraient être actifs. Pierre aurait dû voir son poisson magenta, comme en surface. Or dans le document 1 le graphique met en évidence que le rouge, avec une longueur d’onde de 600nm, ne passe plus après 15m de profondeur. Ce qui veut dire que les cônes rouges dans l’œil de Pierre ne peuvent pas voir du rouge puisqu’il ne passe plus après 15m. Le document 3 nous présente un cercle chromatique, les couleurs qui sont face à face sont dites complémentaires, c'est-à-dire que la somme des deux donne du blanc (ex : vert + magenta = blanc). De plus le document montre que pour obtenir une couleur magenta il faut mélanger du rouge et du bleu. D’après ce que nous venons de voir, à 30m le rouge ne passant plus, il est donc impossible de voir du magenta, l’œil n’arrivera à détecter que le bleu. Ce qui explique que dans le cas du poisson de Pierre, ce dernier le voyait bleu à 30m de profondeur. Toujours d’après les documents 1 et 3, les seuls couleurs pouvant passer jusqu’à 30m sont le bleu et le vert. Les couleurs visibles par Pierre à 30m sont donc : le bleu, le vert et le cyan (qui est un mélange des deux), ceci confirme les dires de Pierre : « il constate […] qu’entre 10m et 30m de profondeur, les poissons et les végétaux lui paraissaient bleu-vert. ».

 

La vision des couleurs est possible grâce à des cellules photoréceptrices situées dans la rétine. L’eau ne laisse pas passer toutes les couleurs, après 15m le rouge ne passe plus, de plus la luminosité va diminuer lorsque la profondeur va augmenter. Cela peut provoquer des modifications de la perception visuelle : voir en noir et blanc ou ne voir que certaines couleurs.

Il existe des cas où ces modifications de la perception visuelle (vision des couleurs erronées) sont dues à des maladies, comme le daltonisme. Dans ce cas, un des trois cônes est non-fonctionnel, ce qui perturbe les synthèses soustractive et additive des couleurs empêchant ainsi une vision normale des couleurs.

 

PARTIE 2 : NOURRIR L’HUMANITE

TRAITEMENT DE L’EAU

Question 1 : Indiquer comment on qualifie une eau que l’on peut consommer.

L’eau que l’on peut consommer est dite potable.

Question 2 – a : Donner le nom du traitement mécanique des étapes 1 et 3 :

3. Filtration

Question 2 – b : Donner le nom du traitement mécanique de l’étape 2 :

2. Décantation

Question 3 : Indiquer la raison de l’introduction de chlore lors du traitement de l’eau prélevée dans la nature.

L’introduction du chlore sert à maintenir sa qualité lors de sa distribution, l’eau traitée doit rester potable. Il faut qu’elle ait une bonne qualité chimique, microbiologique, physique et gustative.

Question 4 :

A – Nommer l’instrument de verrerie avec lequel on verse goutte à goutte la solution de nitrate d’argent lors des manipulations décrites dans le document 3.

L’instrument de verrerie est une burette graduée.

B – Déduire de l’expérience décrite dans le document 3, la concentration en ions chlorure de l’eau du robinet. Expliquer la démarche.

D’après l’expérience du document 3, il a fallu 10mL de nitrate d’argent pour obtenir un précipité rouge dans la solution concentrée à 150mg/L d’ion chlorure. Sachant qu’il a fallu 20mL de nitrate d’argent pour avoir un précipité rouge dans l’eau du robinet. Le volume versé de nitrate d'argent est deux fois plus grand, ce qui signifie que l'eau de robinet est 2 fois concentrée en ions chlorure. Donc la concentration en ions chlorure est égale à 300 mg/L dans leau du robinet.

C – Préciser si l’eau du robinet testée est propre à la consommation. Justifier la réponse.

D’après les valeurs références du document 2, la valeur limite d’ion chlorure dans l‘eau du robinet est de 250mg/L. L’eau du robinet testée ayant une concentration de 75mg/L est donc dans la norme, elle est propre à la consommation.

 

PARTIE 3 : FEMININ/MASCULIN

L’IMPLANT CONTRACEPTIF TELECOMMANDE

Question 1 : on s’intéresse à l’intérêt d’avoir un implant contraceptif télécommandé.

L’intérêt d’avoir un implant contraceptif télécommandé est :

B. D’arrêter le mécanisme contraceptif en cas de désir de grossesse.

 

Question 2 : on s’intéresse à l’action de l’hormone de synthèse, le lévonorgestrel.

Le lévonogestrel est une hormone de synthèse qui agit : 

A. Par sa ressemblance avec la molécule de progestérone, en se fixant sur les mêmes récepteurs que celle-ci.

 

Question 3 : on s’intéresse  au déclenchement de l’ovulation.

Le déclenchement de l’ovulation au 14ème jour est dû :

B. au pic de LH.

 

Question 4 : on s’intéresse à un des avantages de la contraception par implant.

Un des avantages pour l’organisme de la contraception par implant est :

C. d’éviter le passage de l’hormone par le foie et les effets secondaires.

 

Question 5 : on s’intéresse à une des précautions d’emploi de la contraception par pilule.

Une des précautions d’emploi de la contraception par pilule est :

A. une prise régulière pour une meilleure efficacité

 

Question 6 : on s’intéresse au rôle du lévonorgestrel dans la contraception.

Le lévonogestrel contenu dans l’implant agit comme contraceptif en :

B. limitant la sécrétion de LH donc en bloquant l'ovulation.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

FannyJ18
5 5 0
20/20

Bonjour Pseudo555 :) Notre professeur de Sciences te répond suite à ton commentaire : "Il n'y a pas d'erreur, comme expliqué dans le corrigé: puisqu'il faut mettre 2 fois plus de solution de nitrate d'argent que dans la solution témoin pour avoir un précipité rouge, cela veut dont dire que la solution est 2 fois moins concentrée. En suivant la logique qui vous est proposée: pour que la concentration soit double, il aurait fallut mettre 2 fois moins de solution de nitrate d'argent (soit 5mL au lieu des 20mL indiqué par l'énoncé). Il n'y a donc pas d?erreur dans la correction. Il faut faire le lien entre ce qu'on ajoute et ce qu'on cherche à mettre en évidence dans l'eau."

par - le 14/06/2017
Pseudo555
1 5 0
4/20

Grave erreur sur la concentration en ions chlorures dans la partie 2, c'est le double et non la moitié.

par - le 07/06/2017
FannyJ18
5 5 0
20/20

Bonjour à toi, voici la réponse de notre professeur :
"La méthodologie de l'argumentation attendue lors de l'épreuve de SES au baccalauréat répond à la structure AEI : Affirmation, Explication, Illustration. Il est donc attendu des élèves qu'ils mettent en évidence, dans un premier temps, les principaux mécanismes ou théories économiques/sociologiques. Puis, dans un second temps, ils s'appuieront sur les documents pour illustrer ces mécanismes. En respectant cette méthodologie, les élèves posent une structure qui valorise leurs connaissances et répond aux exigences du baccalauréat. Les documents ne sont pas donnés aux candidats pour se "justifier", mais pour illustrer et appuyer leur argument par des données chiffrées et précises."

par - le 16/01/2017
Plus d'avis (1)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?