Corrigé Sciences - Bac ES Métropole 2016

Corrigé Sciences - Bac ES Métropole 2016

Consultez le corrigé de Sciences du Bac ES 2016.

Notre professeur a répondu à l'ensemble des questions des 3 parties de l'épreuve anticipée de Sciences du Bac ES 2016, c'est-à-dire celle sur le chapitre "Nourrir l'humanité", celle sur le défi énergétique et celle sur la représentation visuelle.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Sciences du Bac ES de Métropole 2016 !
➜ Consultez le sujet de Sciences Bac ES Métropole 2016 !

Corrigé Sciences - Bac ES Métropole 2016
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

2 Avis > Donne ton avis

6244 téléchargements

Le contenu du document

 

PARTIE 1 : NOURRIR L’HUMANITE

Commentaire rédigé

Présenter un ensemble d’arguments en faveur de l’agroforesterie comme exemple de pratique agricole respectant la qualité du sol et de l’eau.

Problème : Comment l’agroforesterie est-elle favorable au respect du sol et de l’eau ? Plan :

 

  •  Présenter l’agroforesterie et son impact sur les sols
  • Développer son impact sur l’eau (lien avec le complexe argilo- humique)

 

 

L’agroforesterie et les bénéfices pour le sol

Agroforesterie → C’est ajouter dans des parcelles, des haies ou des arbres.

Avant on avait tout arracher pour avoir des parcelles plus grandes et moins de difficulté pour

passer avec les engins agricoles (doc. 1)

Impact sur le sol (doc. 2) :

Les arbres / haires vont altérer davantage la roche mère donc plus de minéraux disponibles.

Ces minéraux peuvent aussi venir de la décomposition de la matière organique (feuilles, fruits, branches tombées de l’arbre ou de la haie) et les engrais ajoutés dans le champ. Les minéraux vont être utilisés par l’arbre/ la haie mais aussi par les cultures environnantes.

Ces cultures ne produisent que très peu de minéraux car elles sont exportées en fin de récole. Doc 3a. Apport de nitrate dans le sol (illustration des propos)

 

Impact des sols sur l’eau

 

  • L’apport massif d’engrais (ions nitrate) peut, suite à un lessivage, contaminer l’eau de l’écosystème, l’eau des fleuves, l’eau des nappes phréatiques et contaminer des eaux de consommation.
  • Dans le cas d’une agroforestière, il y a besoin de moins d’apport d’engrais car les arbres/baies aident à l’altération de la roche mère et apportent de la matière organique supplémentaire à décomposer.
  • Doc 3b – Objectif – mettre en évidence une charge ionique positive ou négative dans le CAH

 

o Si présence de ions négatifs, alors présence de minéraux comme PO43- ou NO3- (initiale)

o Si présence de ions positifs, alors présences de minéraux comme K+, H1, Ca24, Fe21, Mg25

 

  • Le dose montre bien la présence de minéraux car ;

 

o Filtrat 1 = Orange = ions négatifs présents par exemple NO3- (= ion nitrate) 

o Filtrat 2 = incolore = ions positifs absents

 

 

PARTIE 2

LE DEFI ENERGETIQUE

L’EAU, CARBURANT DU XXIEME SIECLE ?

Question 1 :

Jules Verne a écrit « l’eau est le charbon de l’avenir ». Cochez les bonnes cases dans le tableau ci-dessous :

  Ressource d'énergie non renouvelable Ressource d'énergie renouvelable Ressources d'origine fossile
Eau   χ  
Charbon                           χ                    χ

       

Question 2 :

La production du dihydrogène envisagée par Jules Verne dans son roman est une : Production grâce à l’électrolyse de l’eau

 

Question 3 :

La chaîne énergétique de la pile à combustible correspond à la :

Proposition 1 :

Energie chimique -> Pile à combustible -> énergie électrique / énergie thermique

 

Question 4 :

On s’intéresse à la pile à combustible utilisée en région Rhône-Alpes. Cochez uniquement les bonnes cases du tableau :

 

  Est utilisé(e) Est produit(e)
L'eau   χ
Le dioxygène χ  
Le dihydrogène χ  

 

Question 5 :

Calculer en kWh l’énergie produite par les quatre modules de la pile à combustible du document 3, si le véhicule effectue un trajet de deux heures.

4 modules de 5kw chacun

1h = 4 x 5 kw/h = 20 kwh

Sur un trajet de 2h les quatre modules utilisent 40 kWh

 

Question 6 :

Les voitures utilisant les piles à combustible sont considérées comme des véhicules hybrides. Elles utilisent en effet le dihydrogène de leur pile à combustible comme une source d’énergie chimique pour alimenter une batterie t un moteur électrique.

Peut-on pour autant les classer dans la catégorie « des véhicules propres » ? Pour cela, avancer un argument en leur faveur et un autre en leur défaveur, et conclure quant au qualificatif proposé « propre ».

Un argument en faveur des véhicules hybrides / propres

- Utilisation de dihydrogène pour produire de l’énergie. Pas de combustibles fossiles. Production d’énergie non polluante.

Un argument en défaveur

- Emission de CO2 (15 à 18g / km)

Dans l’ensemble il s’agit d’un véhicule propre car par de consommation d’énergie fossile (charbon, gaz, pétrole) mais il y a des rejets de CO2. En revanche comparé à un véhicule lambda, les émissions de CO2 sont jusqu’à 10 fois moins importantes. On peut donc parler d’un véhicule propre.

 

 

PARTIE 3 REPRESENTATION VISUELLE

Hypothèse 1: La différence de perception de la couleur pourrait s’expliquer par un daltonisme.

Lorsqu’un individu est daltonien, il est dichromatique eu lieu de trichromatique. Cela signifie qu’il ne possède que 2 types de cônes sur 3. Les cônes permettent la vision en couleur. Il existe 3 types de cône, chacun possédant un pigment particulier :

- Cône bleu : aspire le bleu

- Cône rouge ; aspire le rouge

- Cône vert : aspire le vert

Si un de ces cônes est défaillant cela va modifier la perception des couleurs, par exemple si les cônes bleus sont absents, l’individu ne verra pas le bleu et les nuances de bleu.

Cette hypothèse aurait pu être validée, car la non-distinction du bleu et du vert peut être due à un type de cône défaillant, hors le document 2b nous montre que les 3 cônes sont actifs et fonctionnels chez les Bérinmos.

 

Hypothèse 2: La différence de perception de la couleur pourrait s’expliquer par une différence de caractéristiques des photorécepteurs.

Il existe plusieurs types de cellules sur la rétine dont les cellules photo réceptrices. Les deux sortes de photorécepteurs sont les bâtonnets et les cônes. Les bâtonnets ne permettent pas de distinguer les couleurs, en revanche ils permettent la vision même lorsque la luminosité est très faible. Ce sont les photorécepteurs les plus nombreux (environ 125 millions, ils sont situés en périphérie de la rétine.

Les cônes permettent la vision en couleur et sont bien moins nombreux (environ 6 millions. Ils sont situés principalement au centre de la rétine mais ils ne sont réactifs que lorsque la luminosité le permet (soit en forte luminosité)

On peut invalider l’hypothèse qui dit que la perception des couleurs différente serait due aux photorécepteurs de l’œil qui sont différents. Les 2 photorécepteurs de l’œil n’ont pas le même rôle et l’un d’eux ne permet pas la vision en couleur.

De plus le document 2b montre que les caractéristiques des cônes et des bâtonnets sont les mêmes chez les Bérinmos et les Européens (document 2a).

 

Hypothèse 3 : La différence de perception de la couleur mettrait en jeu des différences d’apprentissage et des phénomènes de plasticité cérébrale.

Le doc 3a nous présente une expérience faite par des linguistes. Sur la population de Papou l’objectif est de distinguer le bleu du vert et ensuite de distinguer le vert 1 du vert 2. On nous dit qu’ils ont eu beaucoup de mal à faire les 2 distinctions. Rappelons que les Bérinmos n’utilisent pas ces termes mais plutôt nol/ wor. La même expérience a été réalisée sur des anglais. Ils devaient distinguer nol/ wor et vert 1 et vert 2. Dans ce cas, les anglais ont du du mal à distinguer nol du wor. Les chercheurs pensent que cela est lié au langage : le terme « vert » est connu par les anglais donc en distinguer deux nuances n’est pas compliqué. En revanche nol et wor étant des mots inconnus, cela a été beaucoup plus difficile. Il en est de même pour les Papous.

Cela montre que l’apprentissage est impacté par le langage et qui il modifie la perception du monde qui nous entoure.

De plus lorsque nous apprenons, notre cerveau crée de nouvelles connexions ou développe celles déjà présentes. L’apprentissage a donc un impact sur la plasticité cérébrale.

Nous pourrons donc valider l’hypothèse 3 car la perception des couleurs et liée à l’apprentissage et donc également à des phénomènes de plasticité cérébrale.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Cladie
5 5 0
20/20

Merci beaucoup digischool c'est tellement plus simple de réviser avec des sujets et des corrections !

par - le 16/06/2017
candiell
5 5 0
20/20

merci beaucoup digiSchool pour votre aide !!!!! cela m'aide énormément pour mes révisions

par - le 03/03/2017

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?