Devenir Homme ou Femme - Sciences - Première ES

Devenir Homme ou Femme - Sciences - Première ES

Cette fiche de révision réalisée par notre professeur de Sciences porte sur le Devenir homme ou femme. Revoyez tout ce qui fait la différence physique entre un homme et une femme grâce à cette fiche gratuite et complète conçue exclusivement pour digiSchool mais surtout pour vous, candidats à l'épreuve anticipée du Bac ES !

Document rédigé par un prof Devenir Homme ou Femme - Sciences - Première ES
Télécharger gratuitement

19.00/20

4.7500 5 0

4 Avis > Donne ton avis

13824 téléchargements

Le contenu du document

 

I - Différences entre les deux sexes

Nous naissons tous avec un sexe déterminé. Il n'y a que deux possibilités et l'orientation est faite au cours de notre développement au stade d'embryon. Ainsi, le sexe d'une personne dépend de ses caractéristiques génétiques, qui vont permettre une identification physique du sexe de chaque individu.
Lors de la fécondation, le sexe est déjà déterminé. En effet, le spermatozoïde dispose de 23 chromosomes, dont un qui va nous intéresser plus particulièrement : le chromosome sexuel. Celui-ci est en forme de X ou de Y. Tout comme le spermatozoïde, l'ovocyte comporte 23 chromosomes, à la différence que son chromosome sexuel est obligatoirement en forme de X. Ainsi, lors du processus de fécondation, le patrimoine génétique est partagé grâce à la fusion des gamètes. Toutes les cellules non sexuelles de la personne vont alors posséder 46 chromosomes dont 2 sexuels. On peut de ce fait déterminer le sexe de la personne selon la paire de chromosomes sexuels. Si elle est XX, c'est une fille. A l'inverse XY indique qu'il s'agit d'un garçon. La figure ci-dessous récapitule la situation :

Groupe 6

Pour aller plus loin, le chromosome Y comporte des gènes qui ne sont pas présents et qui n'ont pas d'équivalent chez le chromosome X. Ainsi, la femme ne dispose pas de certains gènes de l'homme. C'est pour cela que l'embryon va s'orienter vers une différenciation masculine lors de son développement. Par contre, si l'embryon ne constate pas de différenciation, alors l'orientation ira forcément vers le sexe féminin. En quelque sorte, tous les hommes sont des femmes à la base, qui se différencient par la suite. On appelle ce sexe le sexe génotypique, car il est dû aux caractéristiques génétiques.
En complément, nous pouvons distinguer le sexe phénotypique, qui va correspondre aux caractères sexuels primordiaux, primaires et secondaires. Les caractères sexuels primordiaux sont les testicules chez l'homme et les ovaires chez la femme. Concernant les caractères sexuels primaires, il s'agit des organes génitaux et des voies génitales. Enfin, les caractères sexuels secondaires portent sur la différenciation anatomique entre l'homme et la femme, ainsi que sur le comportement sexuel.

II - Développement embryonnaire

Pour préciser les étapes de la différenciation du sexe d'un individu, on peut présenter le développement embryonnaire. En effet, à la naissance le bébé dispose d'un sexe physiquement identifiable. Or, cela n'a pas toujours été le cas lorsqu'il était dans le ventre de sa mère. Celui-ci s'est formé tout au long de son développement. La partie externe des organes génitaux a le même aspect chez un futur garçon que chez une future fille avant la huitième semaine de grossesse. En effet, les gonades ne sont pas encore différenciées et l'appareil génital dispose de tout le matériel pour s'orienter vers l'un ou l'autre des deux sexes. Il s'agit des canaux de Wolff et des canaux de Müller.
Un contrôle hormonal a alors lieu dès la fin de la huitième semaine pour déclencher la différenciation vers l'un ou l'autre des deux sexes. Pour résumer, un garçon va produire de la testostérone grâce aux cellules de Leydig qui sont présentes dans ses testicules, entraînant ainsi le développement de ses canaux de Wolff, ancêtres des canaux déférents. De façon parallèle, une hormone va provoquer la disparition des canaux de Müller.
Il s'agit de l'hormone anti-Müllérienne : l'AMH. A l'inverse, une fille ne disposant pas de testicules, la production de testostérone n'a pas lieu, entraînant donc la disparition des canaux de Wolff et le développement des canaux de Müller. Les canaux de Müller sont les ancêtres des trompes de Fallope, de l'utérus et du vagin. Les follicules ovariens vont commencer à se former dès cette période.

III - La puberté

Tout d'abord, la puberté intervient entre 8 et 13 ans chez les filles, et un peu plus tard chez les garçons : entre 10 et 14 ans. Les adolescents vont ainsi avoir la capacité de concevoir des enfants, c'est-à-dire de procréer grâce à la maturité de leurs appareils génitaux.
Les gamètes ne seront pas produits aux mêmes fréquences chez l'homme et chez la femme. En effet, l'homme va produire des spermatozoïdes tout au long de sa vie, de façon continue. Quant à la femme, même si elle dispose d'un stock d'ovocytes dès sa naissance, ceux-ci ne vont arriver à maturité que périodiquement selon les cycles des hormones sexuelles. En effet, un ovocyte mature sera produit tous les 28 jours en moyenne, correspondant à la période d'ovulation. Aux environs de 50 ans, la ménopause entraîne l'arrêt des secrétions des hormones œstrogènes, ce qui a pour conséquence l'arrêt de la production d'ovocytes.
Concernant les différenciations physiques, elles vont intervenir durant cette période de puberté grâce à des pics hormonaux de testostérone chez l'homme et de progestérone et d'œstrogènes chez la femme. En effet, les caractères sexuels secondaires vont se développer à ce moment-là, aboutissant au sexe phénotypique de la personne. Ainsi, chez la femme on va voir la pilosité se développer davantage sous les aisselles et au niveau du pubis, les seins augmenter de volume, ainsi que les hanches s'élargir et les règles apparaître. Chez l'homme, la pilosité va également se développer, mais de façon plus généralisée sur la totalité du corps, et plus particulièrement au niveau du visage. Le pénis et les testicules vont grossir, la voix va se transformer pour devenir plus grave, et la musculature va se développer davantage.

IV - Notions complémentaires

1 - Identité et orientation sexuelles

Les contacts que nous avons au quotidien avec le monde extérieur vont également construire ce que l'on appelle notre identité sexuelle. Cette notion s'oppose à celle de l'orientation sexuelle qui est personnelle à chaque individu. L'homme étant un mammifère, son instinct animal de reproduction se révèle dans son comportement sexuel. Cependant, la recherche de plaisir joue également son rôle, à la différence des autres animaux.
Pour déterminer l'identité sexuelle d'une personne, on peut prendre en compte plusieurs éléments. Tout d'abord, le sexe phénotypique et génotypique vont permettre de montrer physiquement auquel des deux sexes l'individu appartient. Ensuite, il y a un ressenti qui est propre à chaque individu concernant son sexe. Il est en général en accord avec le sexe phénotypique et génotypique, mais dans certains cas, comme pour les transsexuels, il peut leur être opposé. Enfin, l'éducation et les fréquentations durant l'enfance vont également orienter les considérations sexuelles d'une personne. Cela peut être dû au style vestimentaire, à la coupe de cheveux, au style de langage ou encore aux jeux.
Par contre, ce que l'on appelle l'orientation sexuelle reste du domaine du privé et elle fait état de l'attirance d'une personne vers l'un des deux sexes. Majoritairement, un homme est attiré par une femme, bien que cela ne soit pas exclusif. Une personne ayant une attirance pour des gens du sexe opposé est dite hétérosexuelle, alors qu'une personne attirée par un individu de même sexe est considérée comme homosexuelle.

2 - Rôles des hormones et du cerveau

En conclusion sur la différenciation homme-femme, nous pouvons approfondir l'influence que peuvent avoir les hormones et le cerveau sur le comportement sexuel des êtres humains. En effet, chez l'homme, il n'existe pas de période de reproduction, contrairement aux autres mammifères, où elle dure en général une saison. Chez les êtres humains, elle correspond à la période d'ovulation de la femme, et donc au moment de l'accouplement. Une femme produisant des ovules à fréquence régulière tout au long de l'année, la fécondation est possible de façon continue. De plus, un acte sexuel n'est, pour l'homme, pas forcément lié à la reproduction. Il peut uniquement s'agir de plaisir, initié par la stimulation de zones érogènes, qui sont en général les organes sexuels. Le cerveau intervient donc dans l'acte sexuel des êtres humains, car il est à l'origine du plaisir.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Deuhmen
4 5 0
16/20

très bien fait, vous aurez dû simplement insister un peu plus sur le système de récompense

par - le 22/06/2015
Justrosko
5 5 0
20/20

ce document est très clair merci beaucoup, une vrai mine d'or ce site

par - le 22/06/2015
elodie4598
5 5 0
20/20

je remercie la personne d'avoir posté ce document; il m'aide beaucoup

par - le 19/06/2015
Plus d'avis (1)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?