Corrigé Spé Economie Approfondie - Bac ES Pondichéry 2016

Corrigé Spé Economie Approfondie - Bac ES Pondichéry 2016

digiSchool Bac ES met à votre disposition le corrigé de Spécialité Economie Approfondie du Bac ES de Pondichéry 2016.

Notre professeur a rédigé pour vous les deux sujets au choix de l'épreuve de Spé Economie Approfondie du Bac ES 2016 de Pondichéry : "Quels sont les principaux débats suscités par la politique de la concurrence ?" et "Dans quelle mesure la globalisation financière a-t-elle remis en cause l'intermédiation financière ?"

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Spé Eco Approfondie du Bac ES de Pondichéry 2016 !
Consultez le sujet de Spé Economie Approfondie du Bac ES de Pondichéry 2016

Corrigé Spé Economie Approfondie - Bac ES Pondichéry 2016

Le contenu du document


SUJET A

QUELS SONT LES PRINCIPAUX DEBATS SUSCITES PAR LA POLITIQUE DE LA CONCURRENCE ?

La politique de la concurrence est l’ensemble des mesures destinées à préserver ou à accentuer la concurrence sur un marché. Elle vise à promouvoir un fonctionnement concurrentiel des marchés. Toutefois, la politique de la concurrence est parfois sujette à débat et est ainsi remise en cause.

Nous interrogerons alors sur les principaux débats que la politique de la concurrence suscite.

Dans une première partie, nous verrons que la politique de la concurrence pose problème en ce qui concerne la production de services collectifs. Dans une seconde partie, nous constaterons que la politique de la concurrence peut parfois entrer en contradiction avec la politique industrielle d’un Etat.


I. POLITIQUE DE LA CONCURRENCE ET SERVICES COLLECTIFS

Il existe aujourd’hui une distinction claire entre les services non économiques d’intérêt général (police, justice, sécurité sociale) et les services économiques d’intérêt général (SIEG), fournis contre rémunération : si les règles européennes de la concurrence ne s’appliquent pas pour les premiers, les entreprises chargées les deuxièmes y sont par contre soumises, qu’elles soient publiques ou privées.

Ces mutations ont suscité en France un certain nombre de craintes et de réticences, au motif qu’elles menaceraient la conception française du service public, fondée sur les principes de continuité, d’égalité et d’adaptabilité.

Le financement par l’Etat des obligations de service public des SIEG constitue un autre sujet problématique, dans la mesure où il peut entrer en contradiction avec le principe d’interdiction des aides d’Etat aux entreprises nationales. Des dérogations sont toutefois également prévues, à condition que l’entreprise soit effectivement chargée de l’exécution d’obligations de service public.


II. POLITIQUE DE LA CONCURRENCE ET POLITIQUE INDUSTRIELLE

La politique de la concurrence peut entrer en conflit avec d’autres politiques économiques, en particulier la politique industrielle qui vise à améliorer les performances des entreprises et la puissance industrielle d’un pays.

La politique industrielle est l’ensemble des interventions publiques ayant pour objet d’encourager certaines branches d’activité. Exemples : investissement en recherche et développement, encourager certaines fusions, nationalisations dans les cas les plus extrêmes…

Une tradition « optimiste » perçoit la concurrence comme un processus dynamique de sélection des entreprises les plus efficaces. Dans cette perspective, développée notamment par Joseph Schumpeter, la concentration et l’apparition de pouvoirs de marché sont considérées à la fois comme des signes de la vivacité de la concurrence et comme des conditions de l’innovation in fine bénéfiques aux consommateurs.

Inscrit dans cette logique « optimiste », le droit européen autorise ainsi certaines ententes entre firmes concurrentes dans la mesure où elles procurent aux consommateurs un avantage économique contrebalançant leur effet anticoncurrentiel. C’est le cas des « ententes technologiques » qui consistent à mettre en commun les activités de recherche-développement. Permettant la réalisation d’investissements qui n’auraient pu être effectués par chaque entreprise individuellement car trop coûteux et/ou trop risqués, elles sont susceptibles de générer des innovations favorables aux consommateurs : ceux-ci peuvent en effet bénéficier de baisse des prix (innovation de procédé faisant baisser les coûts de production) ou de produits de meilleure qualité (innovation de produit).


Finalement, la politique de la concurrence mise en œuvre dans le cadre européen a souvent été dénoncée comme trop restrictive, et empêcherait aux entreprises européennes d’être aussi efficaces que leurs concurrents du reste du monde. De plus, elle menacerait dans une certaine mesure la conception française de services publics et la mettrait en péril.


SUJET B

DANS QUELLE MESURE LA GLOBALISATION FINANCIERE A-T-ELLE REMIS EN CAUSE L'INTERMEDIATION FINANCIERE ?

La globalisation financière est un phénomène qui se matérialise par la transformation des institutions financières, des techniques et des pratiques financières aboutissant à l'unification des marchés de capitaux. La désintermédiation financière est le processus par lequel les agents économiques ayant des besoins de financement réduisent leur recours au crédit bancaire (financement intermédié) et font appel directement au marché financier.

Nous nous demanderons alors si la globalisation financière a conduit à une désintermédiation financière totale et irrévocable.

Nous verrons dans une première partie que la globalisation financière a abouti à une désintermédiation financière. Toutefois, nous constaterons dans une seconde partie que cette l’intermédiation bancaire n’a pas totalement disparu.


I. LA GLOBALISATION FINANCIERE CONDUIT A LA DESINTERMEDIATION FINANCIERE

Un triple mouvement de désintermédiation, dérèglementation et décloisonnement a été décidé par les Etats. Ces trois processus ont abouti à la constitution d’un marché mondial des capitaux dans les années 1990 ; c’est ce que l’on appelle la globalisation financière. Ce triple mouvement des années 1980 a abouti à une grande liberté de circulation des capitaux qui se déplacent massivement d’une place à une autre, rendant les différents marchés complètement interdépendants. Par exemple, sur le marché des changes, c’est 4 000 milliards de dollars qui s’échangent chaque jour.

Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ont favorisé la globalisation financière, car l’informatique et internet favorisent la diffusion de l’information en temps réel et donc l’interpénétration des marchés. Les marchés financiers mondiaux sont ainsi interconnectées ce qui favorise la fusion des différents marchés et l’exécution des transactions. Le rôle des intermédiaires est donc moindre. Les agents ont un accès facilité et ne passent plus par un intermédiaire pour mener leurs transactions.


II. MAIS L’INTERMEDIATION FINANCIERE N’A PAS TOTALEMENT DISPARU

L’intermédiation n’a pas disparu, elle a juste changé de forme. Même si on est passé d’une économie d’endettement à une économie des marchés financiers depuis les années 1980, le rôle des banques reste prépondérant. En effet, le rôle des banques s’est transformé, pas amoindri. En effet, la part des crédits accordés par les banques dans le financement de l’économie a reculé, mais les banques achètent elles‐mêmes des titres du marché financier. Par ailleurs, elles jouent un rôle d’intermédiaire entre leurs clients et les marchés financiers en les conseillant sur leurs placements.


Finalement, le processus de désintermédiation est à relativiser. En effet, même si les marchés financiers occupent une place prépondérante aujourd’hui, il existe encore des intermédiaires. Ces derniers pour faire face aux mutations du système financier se sont adaptés et ont modifié leurs interventions.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?