Sujet de Spé Economie Approfondie - Bac ES Pondichéry 2016

Sujet de Spé Economie Approfondie - Bac ES Pondichéry 2016

Nous mettons à votre disposition le sujet de Spécialité Economie Approfondie du Bac ES 2016 de Pondichéry.

Dans cette épreuve de Spé Eco Approfondie de Pondichéry 2016, les lycéens ont eu le choix entre deux sujets : Quels sont les principaux débats suscités par la politique de la concurrence ? et Dans quelle mesure la globalisation financière a-t-elle remis en cause l'intermédiation financière ?

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet de Spé Economie Approfondie du Bac ES de Pondichéry 2016 !
Consultez le corrigé de Spé Eco Approfondie du Bac ES de Pondichéry 2016

Sujet de Spé Economie Approfondie - Bac ES Pondichéry 2016

Le contenu du document


ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ
Économie approfondie

Le candidat traitera au choix, soit le sujet A, soit le sujet B.

SUJET A

Ce sujet comporte un document.

Quels sont les principaux débats suscités par la politique de la concurrence ?

Le conseil des ministres européens des transports doit adopter, jeudi 8 octobre, le « quatrième paquet ferroviaire », la dernière mouture réformant le système ferroviaire européen. Après l'ouverture de la concurrence dans le fret et sur les lignes internationales, la Commission européenne avait lancé, en 2013, le processus de libéralisation des réseaux nationaux afin de réduire les coûts des systèmes ferroviaires et de relancer le secteur. Deux ans plus tard, l’ambition d’origine a été revue largement à la baisse. Si huit pays ont déjà ouvert tout ou partie de leur réseau à des acteurs privés, ceux qui rechignent à ouvrir leur marché, notamment pour les lignes subventionnées (comme les TER), pourront toujours trouver une argutie juridique pour repousser ad vitam æternam cette libéralisation.

La libéralisation suscite de tels débats, et est porteuse de tels fantasmes, qu’il est important de préciser de quoi on parle. Á terme, dans le domaine ferroviaire, deux types de concurrence existeront : l’« open access », qui concerne les lignes TGV (comme dans le transport de passagers par autocar, toute société pourra offrir, à partir de décembre 2019, des trajets sur les réseaux nationaux de n’importe quel pays) […] et les concessions de service public, qui recouvrent les autres lignes. Cependant, sur ce marché, les barrières à l’entrée sont très importantes. Il faut, pour un opérateur, acquérir ou louer son matériel, mettre en place un réseau de distribution de billets, s’implanter dans les gares ou à proximité et développer son dispositif de maintenance, recruter ses personnels, etc. Le tout à ses risques et périls. Aujourd’hui, en Europe, seulement une demi-douzaine de pays expérimentent cette forme de concurrence. La France n’en fait pas partie. […]

« À l’avenir, cette forme de concurrence va peut-être se développer un peu sur certaines lignes très rentables, mais il ne faut pas rêver, mobiliser plusieurs milliards d’euros pour cela sera difficile pour n’importe quel acteur », assure un observateur.

Source : « Qu'est-ce que l'ouverture du rail à la concurrence ? », Philippe JACQUÉ,

www.lemonde.fr, octobre 2015.

1 : argutie : subtilité

2 : ad vitam aeternam : jusqu'à la fin des temps

3 : open access : libre accès


SUJET B

Ce sujet comporte un document.

Dans quelle mesure la globalisation financière a-t-elle remis en cause l'intermédiation financière ?

DOCUMENT

Cette notion [de désintermédiation] est en tout cas trompeuse car elle laisse penser que le développement des marchés se fait au détriment des intermédiaires financiers.

Certes, l’activité traditionnelle des banques qui consistait à collecter des dépôts pour octroyer des crédits a relativement décliné et donc, avec elle, la contribution des banques au financement de l’économie sous forme de crédits. Ce déclin de l’activité traditionnelle a, dans un premier temps, pesé sur les marges bancaires. Mais les banques n’ont pas manqué de réagir.

Certaines banques ont d’abord essayé de compenser la baisse de leurs marges par un accroissement des volumes de crédits accordés et de dépôts collectés, en prenant de plus en plus de risques. Ces stratégies de courses aux volumes ont été à l’origine de nombreuses faillites bancaires qui ont coûté cher aux finances publiques, aux Etats-Unis (crise des caisses d’épargne dans les années 1980) et en Europe (crises bancaires des pays scandinaves, crise bancaire française dans les années 1990).

C’est dans les mêmes termes que peut s’interpréter le développement du crédit subprimeaux États-Unis dans les années 2000.

L’adaptation des banques à leur nouvel environnement - phénomène qualifié de ré-intermédiation - s’est surtout effectuée au moyen d’une diversification des activités et d’un redéploiement sur les marchés. Pour compenser la diminution relative de leur activité de crédit, pratiquement toutes les banques ont développé leurs activités d’investissement en titres.

Le développement des marchés a aussi permis aux banques de faire valoir leur expertise financière et de proposer à leurs clients une vaste gamme de services financiers (introduction en bourse des entreprises, montages financiers, gestion des risques, etc.). La banque est apparue, de plus en plus, comme une entreprise de services et de gestion des risques adossée au marché des capitaux.

Source : Les systèmes financiers. Mutations, crises et régulation, Christian de BOISSIEU,

Jézabel COUPPEY-SOUBEYRAN, 2013.

1 : prêts immobiliers à risque accordés aux Etats-Unis au début des années 2000. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?