Corrigé Spé Sciences Sociales et Politiques - Bac ES Pondichéry 2016

Corrigé Spé Sciences Sociales et Politiques - Bac ES Pondichéry 2016

Découvrez le corrigé de Spé Sciences Sociales et Politiques du Bac ES de Pondichéry 2016.

Notre professeur a rédigé pour vous l'intégralité du corrigé de Spécialité Sciences Sociales et Politiques du Bac ES 2016 de Pondichéry. Vous y trouverez les deux sujets avec des définitions, les problématiques ainsi qu'un plan expliqué pour chacun.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Spé Sciences Sociales et Politiques du Bac ES de Pondichéry 2016 !
Consultez le sujet de Spé SSP du Bac ES de Pondichéry 2016

Corrigé Spé Sciences Sociales et Politiques - Bac ES Pondichéry 2016

Le contenu du document


SUJET A

CARACTERISEZ LES COMPOSANTES INSTITUTIONNELLES D'UN REGIME DEMOCRATIQUE.


1. Travail préparatoire

Le champ du sujet :

→ Les composantes (les structures) institutionnelles d’un régime démocratique  

→ Il faut s’appuyer sur le document pour définir l’espace géographique, le pays et la période : Il s’agit ici de la constitution française de la Vème république, du 4 octobre 1958.


Les termes clés : 

→ Composantes institutionnelles

→ Régime démocratique

→ Caractérisez : il s’agit ici d’étudier et d’exposer les composantes institutionnelles qui permettent de qualifier un régime politique de régime démocratique. 

Les données à extraire des documents sont primordiales car elles fixent les contours exacts de la question à étudier : Le document en notre possession est un extrait de la constitution de 1958 :

• Il fixe les modalités de l’exercice du peuple français de sa souveraineté : 

→  Article 3 : les Représentants sont élus au suffrage universel direct ou indirect, égal et secret. Et le Référendum.

→  Article 4 : Garantie du pluralisme des partis et donc des opinions.

• Il fixe aussi le rôle du Conseil constitutionnel : L’Article 61 fait du Conseil constitutionnel le garant du respect de la constitution. Les lois doivent être conformes, fidèles, à l’esprit de la constitution. Il exerce donc un contrôle direct sur les lois organiques avant leur promulgation. Et il peut être saisi aussi pour se prononcer sur la conformité de certaines lois. 


 

Problématique

Quels sont les dispositifs institutionnels qui permettent de caractériser la V république (la constitution de 1958) comme étant un régime démocratique ? 


Plan

Partie 1 : La souveraineté appartient au peuple : Election libre et pluralisme des partis

→ Election des représentants au suffrage universel direct ou indirect, égal et secret (Article 3)

→ Organisation des référendums (Article 3 et connaissances personnelles : exemples)

→ Pluralisme des partis et garantie de liberté d’opinion (Article 4 et connaissances personnelles)

Partie 2 : Le Conseil constitutionnel : Une garantie institutionnelle

→ Il est un organe consultatif, de référence : Il se prononce, s’il est saisi sur la conformité des lois ordinaires avant leur promulgation (Article 61, connaissances personnelles) 

→ …Mais aussi et surtout est un organe de contrôle des pouvoirs : Il se prononce nécessairement  sur la conformité avec la Constitutions des lois organiques, avant leur promulgation (Article 61)


2. Rédaction

Introduction

Accroche : Le récent projet de loi du gouvernement portant sur la déchéance de la nationalité française pour les binationaux impliquées dans des attentats terroristes avait mis, pour quelques semaines, sous les feux des projecteurs le rôle d’arbitrage et de contrôle du Conseil constitutionnel.

Centrage : La classe politique de Gauche comme de Droite, devant les âpres critiques d’une fraction de la société civile, s’est d’ailleurs largement prévalue de la décision dudit Conseil qui a jugé le projet de loi conforme à l’esprit de la constitution. Certains avaient même avancé les résultats de quelques sondages qui approuvent majoritairement la démarche du gouvernent.

Définition des termes et concepts : Cette affaire, avec les controverses et les polémiques qu’elle a suscitées, a eu le mérite de montrer le fonctionnement et les organes institutionnels de contrôle (les représentants, le Conseil constitutionnel, les médias, la société civile, etc.) dans le régime politique français ; un régime démocratique où la séparation des pouvoirs est "réelle" et l’alternance au pouvoir se fait d’une manière pacifique grâce à l’organisation d’une manière régulière des élections libres et transparentes. 

Problématique : Quels sont ces dispositifs institutionnels qui assurent la pérennité de notre régime démocratique ?


Plan : Pour répondre à cette question nous procéderons de la manière suivante : Nous montrerons en premier lieu que la souveraineté appartient au peuple à travers ses représentants ; l’organisation des élections libres (Article 3) et la garantie du pluralisme des partis (Article 4) en sont le leitmotiv. En second lieu, nous examinerons le rôle du Conseil constitutionnel. Il   d’un organe consultatif,  mais aussi et surtout un organe de contrôle des pouvoirs : Il se prononce en effet  sur la conformité avec la Constitutions des lois organiques, avant leur promulgation (Article 61)


Partie 1 : La souveraineté appartient au peuple : Election libre et pluralisme des partis 

→ Election des représentants au suffrage universel direct ou indirect, égal et secret (Article 3)

Régulièrement, nous organisons en France des élections libres et transparentes pour élire nos représentants. Ces élections peuvent être organisées selon le suffrage universel direct, comme celui de l’élection du Président de la République ou encore  des élus de l’Assemblée nationale sans oublier les élections communales et régionales, ou indirect, à travers  les Grands électeurs, pour élire les sénateurs.

→ Organisation des référendums (Article 3)

Pour des rares projets nationaux ou internationaux, le peuple peut exercer sa souveraineté par la voie du référendum. Depuis 1958, pas moins de 8 référendums ont été organisés en France. Pour ne mentionner que les plus récents, nous pouvons  citer : 

• Le référendum du 20 septembre 1992 qui avait pour objet la ratification du Traité de Maastricht,

• Le référendum du 24 septembre 2000 qui portait sur la réduction du mandat présidentiel à cinq ans.

• Le référendum du 29 mai 2005 qui visait à permettre la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe.

→ Pluralisme des partis et garantie de liberté d’opinion (Article 4)

Le pluralisme politique et les libertés sont garantis en France. Cette liberté est exercée tant qu’elle respecte les principes de la souveraineté nationale. Le paysage politique français témoigne aujourd’hui de l’exercice de cette liberté même si les médias ont tendance à privilégier certaines grandes structures de partis.


Partie 2 : Le Conseil constitutionnel : Une garantie institutionnelle

→ Il est un organe consultatif, de référence : Il se prononce, s’il est saisi sur la conformité des lois ordinaires avant leur promulgation (Article 61)

Le Président de la République, le Premier ministre, le Président de l’Assemblée nationale, le Président du Sénat ou soixante députés ou soixante sénateurs peuvent saisir ledit Conseil pour consulter à propos de la conformité de certains projets de lois ordinaires avec la Constitution ; « La saisine du Conseil constitutionnel suspend le délai de promulgation » précise l’article 61.  Autrement-dit sa voix devient prépondérante. En cas d’avis négatif, le projet doit être révisé en fonction des observations des « Sages » pour qu’il soit conforme à l’esprit de la constitution. 


→ …Mais aussi et surtout est un organe de contrôle des pouvoirs : Il se prononce nécessairement  sur la conformité avec la Constitutions des lois organiques, avant leur promulgation (Article 61)

Le Conseil constitutionnel exerce un contrôle sur la conformité des lois organiques, c’est-à-dire des lois relatives à l’organisation des pouvoirs, par rapport aux principes constitutionnels. Ainsi, il veille scrupuleusement sur le respect du principe de séparation des pouvoirs. C’est cette séparation des pouvoirs qui assure aussi la pérennité du régime démocratie. « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. », disait Montesquieu (L’esprit des lois, 1748).


Conclusion

Nous venons de voir que nous notre régime politique est un régime démocratique. Cette démocratie est assurée par la séparation des pouvoirs et la garantie des libertés publiques. Ces deux principes fondamentaux sont inscrits dans la constitution et assurés aussi par plusieurs autorités administratives indépendantes : Conseil constitutionnel, tribunal administratif, etc. Cependant, il convient de souligner aussi les écarts possibles et réels entre la théorie et la pratique du pouvoir.


SUJET B
MONTREZ QUE LES ATTITUDES POLITIQUES SONT LE RESULTAT DE LA SOCIALISATION POLITIQUE


1. Travail préparatoire

Le champ du sujet :

→ Socialisation politique et attitudes politiques 

→ Il faut s’appuyer sur les deux documents pour définir l’espace géographique, le pays et la période : 

• Le premier document est un extrait d’un ouvrage datant de 2010. L’extrait de texte montre que « La politisation se construit dans un processus à la fois cumulatif et sans cesse renégocié. » Ainsi, l’auteur montre que « (…) si la famille conditionne assez étroitement les attitudes et orientations idéologiques (gauche-droite, valeurs), les pairs ont en revanche une influence plus directe sur les comportements et la participation politique (participation électorale et protestation). »

• Le second document est un extrait d’un sondage réalisé par CEVIPOF en juin 2011. CEVIPOF est institut de recherche en Sciences politiques. La question posée cherche à cerner les liens entre deux variables : l’amitié et partage des mêmes choix politiques. Ainsi, nous constatons que : 57% des personnes sondées pensent que la majorité de leurs ami(e)s partagent les mêmes choix politiques qu’eux et 12% considèrent que la quasi-totalité de leurs ami(e)s partagent leurs choix politiques. En clair, 69% des sondés considèrent que leurs amis appartiennent à la même famille politique qu’eux. En effet, les résultats montrent aussi que seulement 30% (23% + 7%) qui pensent que leurs amis partagent peu ou pas du tout leurs opinions politiques. Il y a donc incontestablement dans l’amitié une dimension d’affinité politique assez déterminante.


Les termes clés : 

→ Attitudes politiques 

→ Socialisation politique 

→ Montrez que… sont le résultat : il s’agit d’argumenter dans le sens du libellé du sujet. Les contours de la problématique sont donc bien précis. Il s’agit en l’occurrence de montrer que les attitudes, les choix, politiques sont le résultat de la socialisation politique. Les données extraites des documents sont primordiales car elles vont nous permettre d’argumenter en ce sens.  


 

Problématique

Les attitudes, les choix, politiques sont le résultat de la socialisation politique. « La famille conditionne » en effet « les attitudes et orientations idéologiques » mais,  « les pairs (les amis, les milieux professionnels et associatifs) influencent » aussi  « directe sur les comportements et la participation politique. »


Plan

Partie 1 : l’institution famille conditionne les attitudes et orientations idéologiques…

→ La famille une institution de socialisation : L’importance de l’héritage parental (doc.1 et connaissances personnelles

→ Illustrations  (connaissances personnelles)

Partie 2 : … mais, les amis et les milieux professionnels et associatifs influencent aussi directement les comportements et la participation politique

→ Dis-moi qui sont tes amis, je te dirai pour qui tu votes (doc.1)

→ Les milieux professionnels (doc.2 et connaissances personnelles)


2. Rédaction

Introduction

Accroche : L’intérêt et/ou le désintérêt des Français pour la vie politique sont souvent analysés et débattus  dans nos divers médias et instituts de sondage. Centrage : Leurs comportements et leurs attitudes y sont étudiés, décortiqués et psychanalysés en fonction des événements (élections, réformes, faits divers,…) et de la nature de leurs mobilisations (taux de participation électorale, manifestation,…). Nous y trouvons très souvent des ventilations des votes ou des mobilisations, par exemple, par catégories socioprofessionnelles, en fonction des origines sociales, de l’âge, du sexe, des régions, et même des lieux de résidence, etc. Ces ventilations sont étudiées dans le temps pour en déterminer les évolutions et les variables déterminantes (« lourdes »).            .   

Définition des termes et concepts : Les chercheurs et les spécialistes ont souvent montré que les comportements et les attitudes politiques (participations électorales, implication dans la vie de la cité, syndicalisations, etc.) évoluent dans le temps même s’ils restent marqués par les héritages parentaux, c’est-à-dire la socialisation primaire. En fait, la socialisation politique, pour reprendre les termes d’Anne Muxel (document 1), « (…) se construit dans un processus à la fois cumulatif et sans cesse renégocié. » La socialisation politique est donc un processus interactif qui alterne intériorisation et transmission des valeurs et des normes.  

Problématique : Ainsi, les attitudes et les choix, politiques sont le résultat de la socialisation politique. La famille conditionne certes les attitudes et orientations idéologiques (partie 1) mais,  les pairs (les amis, les milieux professionnels et associatifs) influencent aussi  directe sur les comportements et la participation politique (partie 2).


Partie 1 : l’institution famille conditionne les attitudes et orientations idéologiques…

→ La famille une institution de socialisation : L’importance de l’héritage parental  

« Ce qui est impulsé dans l’expérience familiale reste prépondérant », écrivait Anne Muxel (document 1). En effet, la famille en tant qu’une institution de socialisation inculque des valeurs, des normes et transmet la langue. La socialisation primaire est ainsi très déterminante  dans la construction de nos identités. 

Sur le plan politique, si les parents ont des engagements et des adhésions idéologiques clairs et qu’ils les expriment souvent auprès de leurs enfants en les associant même dans certaines manifestations (participation à un meeting électoral, manifestation syndicale, réunion associative,…) les enfants ne peuvent qu’en être marqués. 

→ Illustrations

La reproduction politique en France est assez importante à la fois au niveau du vote mais aussi au niveau de la représentation : 

Certaines régions et certains départements, quartiers, … restent idéologiquement depuis de très longues années ancrés à gauche ou à droite même si le vote d’une partie de l’électorat de l’extrême-gauche, en l’occurrence la classe ouvrière, a émigré pour aller exprimer sont désarroi auprès de l’extrême-droite.  

Aussi, l’observation des hommes politiques qui dominent aujourd’hui l’arène montre que la quasi-totalité de ces figures s’inscrivent dans la droite ligne de leurs parents : Ils sont majoritairement issus des milieux aisés et ayant fait les grandes écoles. De Droite comme de Gauche, le constat à une exception près est le même.


Partie 2 : … mais, les amis et les milieux professionnels et associatifs influencent aussi directement les comportements et la participation politique

→ Dis-moi qui sont tes amis, je te dirai pour qui tu votes

Le sondage réalisé par CEVIPOF que 57% des personnes sondées pensent que la majorité de leurs ami(e)s partagent les mêmes choix politiques qu’eux et 12% considèrent que la quasi-totalité de leurs ami(e)s partagent leurs choix politiques. En clair, 69% des sondés considèrent que leurs amis appartiennent à la même famille politique qu’eux. En effet, les résultats montrent aussi que seulement 30% (23% + 7%) qui pensent que leurs amis partagent peu ou pas du tout leurs opinions politiques. Il y a donc incontestablement dans l’amitié une dimension d’affinité politique assez déterminante.

→ Les milieux professionnels

Le milieu professionnel demeure une variable cruciale dans les attitudes  et les comportements politiques. En effet, les fonctionnaires, par exemple, votent très majoritairement pour la Gauche. Les cadres et les chefs d’entreprises, quant à eux, votent exclusivement pour la Droite. Ainsi, l’appartenance professionnelle exerce manifestement une influence sur les choix politiques. 


Conclusion

Les milieux de socialisation politique sont divers. Si l’instance familiale reste déterminante pour la construction des identités politiques et idéologiques ; il n’en demeure pas moins que le milieu professionnel, les amis et plus généralement les pairs exercent aussi une influence de plus en plus importante sur les attitudes politiques des citoyens. Ceci montre que la socialisation est donc un processus évolutif et interactif d’intériorisation et de transmission des valeurs et des normes.  

Cependant, il convient de souligner, avant de clôturer ce devoir, que la « pratique religieuse » qui a perdu de son influence en tant que variable lourde expliquant, en partie, les comportements électoraux enregistre ces dernières années un retour remarqué.   

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?