Sujet Spé Sciences Sociales et Politiques Bac ES 2017 Polynésie

Sujet Spé Sciences Sociales et Politiques Bac ES 2017 Polynésie

Retrouvez le sujet de Spé Sciences sociales et politiques du Bac ES 2017 de Polynésie.
➜ Voir le corrigé

Dans cette épreuve, vous devez traiter au choix : En quoi le régime politique allemand a-t-il les caractéristiques d’un régime parlementaire ? OU : Comment expliquer la volatilité du comportement électoral ?

Téléchargez gratuitement ce sujet de Spé Sciences Politiques et sociales du Bac ES 2017 de Polynésie.

Sujet Spé Sciences Sociales et Politiques Bac ES 2017 Polynésie

Le contenu du document

 

 

Le candidat traitera au choix, soit le sujet A, soit le sujet B. 

 

SUJET A

En quoi le régime politique allemand a-t-il les caractéristiques d’un régime parlementaire ?

 

DOCUMENT

En Allemagne, si le Bundestag1 est la pièce maîtresse du régime, le chancelier fédéral « fixe les lignes directrices de la politique et en assure la responsabilité ». De même, lui incombent la formation, la révocation et la direction du gouvernement. Les conditions de son élection lui confèrent une forte légitimité à la fois parlementaire et populaire (il est en théorie le leader du parti victorieux aux élections législatives). Sur proposition du président de la République, il est élu à la majorité des membres du Bundestag. Si le président, désigné par les deux Chambres, a un rôle limité (représentation de l’État [...]), [...] il dispose d’un pouvoir arbitral2 important dans le cadre de la résolution de crise politique par la dissolution (en cas de non-élection du chancelier ou du rejet d’une question de confiance). L’Allemagne connaît, à l’image des démocraties occidentales, la personnalisation du pouvoir, favorable au chancelier en qualité de chef de la coalition au pouvoir. [...]

Le système allemand jouit d’une forte stabilité qui permet au chef de l’exécutif de gouverner. [...] En Allemagne, pour démettre un chancelier, l’opposition doit prouver qu’elle est capable de substituer une nouvelle majorité de gouvernement (en élisant un successeur à la majorité de ses membres) : la « motion de censure constructive », adoptée une seule fois en 1982. Quant à la question de confiance posée par le chancelier, son rejet par la majorité des députés n’implique pas automatiquement la démission de ce dernier. Il peut demander au président de dissoudre le Bundestag à moins que celui-ci ait élu un successeur. Et, s’il souhaite éviter les élections, le gouvernement peut recourir à l’« état de nécessité législative » qui l’autorise à légiférer pendant six mois, à condition qu’il dispose de l’appui du président et du Bundesrat1 [...] ; il n’a jamais été utilisé. En contrepartie, la dissolution du Bundestag est rendue plus difficile.

Source : 50 fiches pour comprendre la science politique, Frédéric LAMBERT, Sandrine LEFRANC, 2010.

 

SUJET B

Comment expliquer la volatilité du comportement électoral ?

 

DOCUMENT 1

Mieux formé et informé, plus compétent et moins marqué par son appartenance sociale, [...] l’électeur serait donc devenu dans la décennie quatre-vingts un stratège au vote inconstant, susceptible de se porter, d’une élection à l’autre, sur le candidat ou le parti dont le programme lui semble le mieux garantir son statut, ses revenus, etc. [...]

On peut d’abord souligner l’influence des mutations économiques, sociales et culturelles des dernières décennies (restructuration du travail ouvrier, déclin des identifications religieuses notamment) qui contribuent à une évolution des formes d’identification aux groupes sociaux, et par là, à des camps politiques. Il est sans doute moins courant aujourd’hui qu’il y a cinquante ans de naître dans un milieu où prime* une identification à un groupe pensé comme une appartenance exclusive connectée à l’univers politique. [...] Le rôle croissant joué par les médias et des journalistes dans la vie politique a, de la même façon, contribué à une dévaluation des représentations du métier politique et de la compétition électorale qui, présentés à travers les codes du spectacle télévisuel, se donnent à voir comme une course de petits chevaux ([c’est-à-dire] d’un affrontement d’intérêts personnels) et non sur le modèle de la délibération démocratique.

Source : « Les nouveaux modes de la participation politique », Éric AGRIKOLIANSKY, Revue des Sciences Sociales, 2001.

 

DOCUMENT 2

Le moment du choix électoral pour l’élection présidentielle française de 2012

 

choix-electoral-bac-es-ses-2017-polynesie


Source : CEVIPOF, juin 2012.

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?