Le mouvement Transgenre - TPE - Première ES

Le mouvement Transgenre - TPE - Première ES

Chloé, Camille et Lisa, membres de la communauté digiSchool Bac ES, vous proposent de découvrir leur TPE de 1ère ES sur les personnes transgenre.

Vous verrez tout d'abord l'évolution du mouvement transgenre depuis les années 30 jusqu'aujourd'hui, puis vous aborderez les discriminations enviers les personnes transgenre. Enfin, vous découvrirez la législation et les politiques mises en places concernant les personnes transgenre.

Téléchargez gratuitement ci-dessous ce TPE de 1ère ES sur le mouvement transgenre.

Le mouvement Transgenre - TPE - Première ES

Le contenu du document



C’est pas cisgenre

La vision des sociétés occidentales à l’égard du mouvement trans a-t-elle évolué favorablement des années 30 à nos jours ?

Tout le long du TPE, nous allons intégrer l’interview de Charly. (témoignage réel)

Charly est un homme transgenre. Il a découvert qu’il était transgenre quand il a commencé à s'intéresser au terme LGBT et principalement le T. Il a pu apprendre qu'il existait plusieurs genres et que c'était possible de s'identifier homme lorsqu'on était assigné femme à la naissance.

Son expression de genre est assez fluide. Il aime des choses que les femmes aiment généralement (la douceur, certains chanteurs/chanteuses, les fleurs, le violet, la danse etc..). Au niveau de son comportement, il se considère comme genderfluid, il est autant féminin que masculin.

Quand on lui demande pourquoi "on dirait qu’il est une fille" il dit tout simplement qu’il est un homme trans.

Son désir de transition vient du fait qu’il s’intéressait beaucoup aux FTM qui faisaient des vidéos sur YouTube à propos de leur transition. Il les considérait comme ses «idoles». Ainsi, il a fait des recherches sur Internet et a trouvé le site ftm- transsexuel.info. Il a donc pu découvrir tous les détails d'une transition, et ne s’est pas découragé face aux effets des hormones ou opérations. Il s’est alors lancé.


I) EVOLUTION DU MOUVEMENT TRANS

A) Les années 30

Lili Elbe, née le 28 décembre 1882 sous le nom d’Einar Wegener, était une artiste danoise mariée à Gerda Gottlieb, également peintre talentueuse. C’est en se travestissant en femme pour servir de modèle à son épouse que Wegener fait naître Lili Elbe. La nouvelle s’est répandue, et lorsque les gens ont su que le nouveau modèle de Gerda était son mari, le scandale a forcé le couple à quitter Copenhague pour Paris en 1912. Découvrant sa véritable identité, Lili s’est faite opérée une première fois en 1930, devenant ainsi la première personne connue à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle. Après les opérations, la plupart de ses amis refusent de la fréquenter.

Sa dernière opération, une greffe d’utérus, la tue. femme->homme vision ?


B) Les années 50

Christine Jorgensen, née en 1926, est devenue célèbre pour avoir été la première personne mondialement connue a avoir suvi une opération chirurgicale de réassignation sexuelle. Sa célébrité vient surtout de l’article du New York Daily News «Ex-GI becomes blonde beauty !» du 1er décembre 1952 qui présentait Christine comme la première personne a avoir subi une telle opération (ce qui n’était pas exact, car la première personne transsexuelle connue est Lili Elbe. Cependant, Christine prenait des hormones, ce qui n’était pas le cas de Lili). «J’étais un peu nerveuse parce qu’à l’époque, beaucoup de gens pensaient que j’étais folle» a-t-elle déclaré dans une interview quelques années après sa transformation.


C) Les années 80 à aujourd’hui

Karine Espineira, docteure en sciences de l’information et de la communication, explique dans une inteview de franceinfo en 2015 :

«Dans les sociétés occidentales, on fonctionne depuis très longtemps sur le modèle traditionnel d'une différence du genre binaire : il y a les hommes, les femmes, et rien d'autre. Et d'un coup, en une ou deux générations, le grand public voit arriver des personnes trans, qui leur disent qu’il n’y a peut-être pas que des hommes et des femmes au sens biologique du terme. C'est une révolution qui doit se faire dans les esprits. On voit, dans les récents débats1 autour du genre, que cette question reste très polémique, et fait peur aux gens. Les personnes trans fascinent autant qu'elles effraient, parce que, quelque part, elles démontrent par leur existence quelque chose que beaucoup de gens pensaient indémontrable.

La question est rendue d'autant plus complexe par la diversité des personnes trans et de leurs parcours. Depuis les années 1950, on a expliqué aux gens qu'il y avait les personnes transsexuelles, qui prenaient des hormones, qui se faisaient opérer, qui changeaient leur état civil. Mais, alors que le grand public pensait avoir intégré ce qu'était un parcours de vie trans, est arrivé en France depuis une quinzaine d'années un mouvement transgenre, qui explique que l'on peut vivre son genre d'une autre façon, sans forcément faire appel à la médecine. C'est encore plus déstabilisant car cela complexifie les choses.»

1 : discrimination à l’embauche pour Elena victime de transphobie par son employeur (2015 lci.fr)

Amanda Lepore (née Armand en 1967) est l'une des personnes transsexuelles les plus renommées au monde mais aussi une pionnière. Opérée dès l'âge de 19 ans, elle devient femme au lycée, à un âge qui va choquer l'Amérique. Défilant pour de grandes marques comme Swatch ou Heatherette, apparaissant dans des publicités d'Armani et muse du photographe David LaChapelle, elle est devenue une icône de la mode mais aussi des transsexuels.

Kim Petras, née en, est la plus jeune transsexuelle opérée au monde, à l’âge de 16 ans.

Ton entourage est-il au courant ? Si oui, l'accepte-t-il ?

- Alors oui mon entourage est au courant. Les gens qui me connaissent depuis plusieurs années s'iels sont mes ami.e.s alors iels sont au courant et iels me genrent au masculin et m'appelle Charly (ou Cha). Sinon ma famille, il y a peu de personnes qui m'appelle Charly ou qui me parlent au masculin. Ni ma mère, ni ma soeur ou mon père ne le font, c'est plus des cousin.e.s

As-tu subi ou envisages-tu une transition physique? (hormones, opération, binder)

- Je suis déjà en transition médicale, j'ai commencé un traitement hormonal en septembre. Et j'envisage de sûr une mammectomie. Je ne suis pas intéressé par d'autres opérations sinon, j'attends de voir comment j'me sens dans le futur et aussi de voir la science évoluer.


II) Discrimination envers les personnes trans

A) Transphobie

La transphobie désigne les marques de rejet, de discrimination et de violence à l'encontre des personnes transsexuelles ou transgenres.

La transphobie s'exprime au quotidien, que ce soit par un non-respect de l'identité de genre, du harcèlement moral ou physique, des violences,..

-As-tu déjà été victime de transphobie?

«Je n'ai jamais été victime de transphobie violente (agression, insulte), mais j'ai déjà reçu des remarques transphobes, principalement de la part de ma famille. Ma mère m’a par exemple dit que je me faisais du mal, que j’étais «belle» comme ça, ou encore de la part de ma soeur «Tu seras jamais un vrai homme, tu seras un entre deux.». Ce ne sont que des remarques pour me décourager quoi, mais je ne reste pas pas avec ma mère ou ma sœur, sauf quand je dois rendre un service ou qu'on est en fête de famille.

Il m’est aussi arrivé qu’on m’interpelle dans la rue «Eh toi là-bas ! T'es une fille ou un gars ?" ; Je n'ai pas répondu, et puis il m'a demandé "T'es un pédé ?", j'ai pas répondu mais ma copine qui était là oui. »


B) Plusieurs débats se posent autour du genre

1) Le langage inclusif

Le langage inclusif est un langage spécifique, visant à lutter contre le sexisme et le cissexisme. L'écriture inclusive a pour but de faire cesser la domination masculine dans le langage, de faire disparaître la considération qu'une personne ayant une apparence masculine et/ou un pénis est forcément un homme, et inversement, qu'une personne ayant une apparence féminine et/ou un vagin est forcément une femme et de reconnaître que la non-binarité existe. Le langage inclusif n'est pas officiel, sa pratique peut varier et s'adapter selon les souhaits. Il s'utilise essentiellement à l'écrit.

Pour avoir un langage neutre, on peut mettre dans un même mot les terminaisons masculines et féminines.

Il y a donc plusieurs possibilités dans l'inclusif ; en séparant les terminaisons des mots avec un point (tou.tes) un tiret (tou-tes) une majuscule (touTes), ou simplement en un mot (toustes) par exemple.


Il y a de manière plus large une réflexion sur les mots qu'on utilise (par exemple, remplacer "homme" par "personne" quand c'est nécessaire).

Le pronom "iel" est utilisé, à la fois comme pronom neutre (pour ne pas dire "il" ou "elle" quand le genre des personnes dont on parle est indéterminé) et comme pronom spécifique pour les personnes non-binaires ; mais toutes les personnes non- binaires ne l'utilisent pas forcément pour se désigner. Iel n'est pas le seul pronom inclusif, il en existe plusieurs qui sont utilisés (yel, ielle, ille).


2) La question des toilettes

La "bataille des toilettes", lutte visant à déterminer quelles toilettes les personnes trans peuvent utiliser, a débuté en mars 2016 en Caroline du Nord. Cet État est devenu le premier du pays à adopter une loi qui exige des transgenres qu'ils se rendent dans des toilettes correspondant à leur sexe de naissance, lorsqu'il s'agit de lieux publics.

Le 13 mai 2016, le gouvernement Obama a envoyé une circulaire donnant la possibilité aux enfants transgenres d’aller dans le toilette du sexe auquel ils souhaitent s’identifier.

Le mercredi 24 mai 2016, le Texas et dix autres États américains ont décidé de poursuivre le gouvernement Obama en justice, après sa circulaire envoyée le 13 mai qui lutte contre les discriminations à l'encontre des personnes trans.

Le gouvernement de Barack Obama affirme que l’accès aux toilettes et aux vestiaires sportifs du système éducatif public doit se faire selon le sexe auquel un élève s’identifie, et non selon son sexe de naissance.

Les autorités fédérales, voulant lutter contre la discrimination des personnes transgenres, ont donc envoyé une circulaire nationale demandant au système d’enseignement public de se conformer à cet avis.


Est-ce nécessaire pour toi de te définir (de te mettre dans une case) ?

Pour moi c'est important oui. Je pense qu'on aime tous se mettre une étiquette sur le front, tout simplement parce qu'on aime pas que les autres le fassent à notre place sachant qu'ils ne peuvent pas savoir toute la vérité et toute notre histoire. Oui pour moi c'est important de m'assumer, et parfois c'est important pour moi de parler de ma transition aux gens. Ça me permet de voir comment ils réagissent et si je peux les aider à comprendre les gens qui sont dans la même situation que moi. Ça évite les mauvaises réflexions et les informations erronées à ce sujet.


III) Législation/Politiques

A) Les pays les plus tolérants

1) La suède au cœur de la neutralité

La Suède a la volonté de ne faire aucune distinction entre les genres ; pour cela, de nombreuses dispositions ont été prises.

-Le pronom «Hen» (mélange de Han pour les hommes et Hon pour les femmes) permet de parler d’une personne sans avoir à préciser son sexe. Ce pronom est présent dans l’encyclopédie nationale suédoise. Cependant ce pronom est contesté notamment par Jean Guillou, un célèbre écrivain suédois qui évoquait les partisans de «Hen» comme des « militants féministes qui cherchent à détruire notre langue ». Une chroniqueuse a déclaré que l’idée d’un « entre-deux » sexuel pouvait troubler les jeunes enfants en plein développement cérébral et corporel.

-La possibilité de pouvoir donner un prénom qui n’est pas lié au sexe biologique : une fille peut prendre le prénom d’un garçon et inversement.

- Une marque de vêtements a supprimé les rayons fille et garçon pour que les enfants puissent s’habiller où ils veulent.

-Les magazines de jouets présentent par exemple un garçon habillé en Spiderman jouant avec un landau rose.

Toutefois, certains mesures peuvent sembler extrêmistes.

-Certains jouets sont interdits dans les écoles maternelles comme les petites voitures par prétexte que les garçons y assignaient un code genré et une supériorité. Une école a également supprimé les « jeux libres » car pendant ces jeux les enfants retrouvent une hiérarchie et des stéréotypes sexuels, une exclusion qui sont les fondements du harcèlement.


2) La transidentité n’est plus une maladie mentale en France

En 2009, La France a été le premier pays du monde à ne plus considérer la transidentité comme une maladie mentale. Mais, malgré cette avancée à grands pas dans les droits de la communauté LGBTQ+, la France oblige cependant à subir une opération chirurgicale qui implique une stérilisation pour passer de Monsieur à Madame ou l’inverse sur les papiers d’identité, alors qu’environ la moitié des transgenres ne souhaitent pas changer de sexe.

-Que penses-tu des politiques françaises concernant les personnes trans ?

Les lois concernant les trans en France ne sont pas du tout libres. Heureusement qu'une nouvelle loi a été votée et sera mise en place en janvier 2017 concernant le changement de prénom gratuit et rapide en mairie (plus besoin de preuves médicales ou d'un avocat). Normalement, il y aura le changement de la mention genre sur l'état civil qui viendra également mais je ne suis pas sûr. En tous cas j'espère que ça viendra vite. On est très en retard sur ce genre de droits en France comparé à d'autres pays.


B) Les pays dont la législation manque ou est discriminante

En revanche, la France reste en retard contrairement à d’autres pays.

Selon l’organisation Transgender Europe, la Turquie détient le record européen d'homicides de transgenres : 43 crimes transphobes ont été recensés dans la seule Turquie entre janvier 2008 et avril 2016, sur un total de 117 cas de crimes de haine transphobe comptabilisés en Europe. Ces crimes, tout comme les violences au quotidien contre les personnes transgenre, restent systématiquement impunis.

Le 9 janvier 2015, la Russie a mis en place une nouvelle loi concernant les transsexuels ; les personnes présentant des «troubles mentaux et troubles du comportement», dont ceux liés à «l'identité de genre et aux préférences sexuelles» n’auront plus le droit à la conduite. Avec cette loi, les transsexuels et les travestis rejoignent donc les fétichistes, les pédophiles, les exhibitionnistes, les voyeurs, sadomasochistes et même kleptomanes. Une membre du conseil des Droits de l’Homme s’est adressée au Kremlin en dénoncant cette loi de « violation des droits des citoyens russes »

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac ES le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac ES

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac ES

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?